Les Bourses en ordre dispersé face à la situation au Proche-Orient

Les investisseurs actifs dans les bourses suisse et européennes faisaient preuve de prudence ...
Les Bourses en ordre dispersé face à la situation au Proche-Orient

Les Bourses en ordre dispersé face à la situation au Proche-Orient

Photo: KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON

Les investisseurs actifs dans les bourses suisse et européennes faisaient preuve de prudence lundi, après l'offensive surprise ce week-end du mouvement islamiste palestinien Hamas contre Israël. Le cours de l'or noir, lui, bondissait.

Vers 11h, l'indice vedette de la Bourse de Zurich, le SMI grappillait 0,17% à 10'856,55 points, après avoir débuté les échanges en terrain négatif. Le SLI, qui comprend les trente plus grandes valorisations du pays, reculait de 0,08% à 1696,27 points. L'indice élargi SPI prenait 0,20% à 14'190,64 points.

Parmi yes homologues européennes, Francfort perdait 0,37%, Paris se délestait de 0,29% et Milan de 0,45% quand Londres avançait de 0,59%.

Pour un dollar, la monnaie helvétique se négociait à 0,9017 franc. Face à l'euro, il valait 0,9503 franc.

Les prix du pétrole, eux, s'envolaient. Le baril de Brent bondissait de 2,9% à 87,01 dollars quand le West Texas Intermediate (WTI) grimpait de 3,03% à 85,30 dollars. 'Les prix du pétrole Brent ont ouvert en hausse lundi et ont depuis encore grimpé alors que les investisseurs cherchent à se positionner après l'attaque brutale du Hamas en Israël ce week-end', a déclaré Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

Il est toutefois difficile de prévoir l'onde de choc que va entraîner cet événement. 'Mais à en juger par la hausse de la demande pour des valeurs refuges, comme l'or et les bons du Trésor, il y a la crainte que le conflit s'éternise et s'aggrave'. Les actifs dits risqués sont pénalisés.

Du point de vue des négociants en or noir, le principal risque actuel est l'escalade du conflit s'il s'avère que l'Iran est impliqué dans la préparation de l'attaque. 'Un tel scénario pourrait conduire à une réduction de l'offre de brut et à une perturbation plus générale du commerce mondial du pétrole, si le conflit s'étendait au Golfe', a complété M. Evangelista.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus