Les CFF vont tester l'internet gratuit dans les trains dès 2019

Les CFF vont tester l'internet gratuit sur certains tronçons ferroviaires à partir de l'année ...
Les CFF vont tester l'internet gratuit dans les trains dès 2019

Les CFF vont tester l'internet gratuit dans les trains dès 2019

Photo: CFF

Les CFF vont tester l'internet gratuit sur certains tronçons ferroviaires à partir de l'année prochaine, en partenariat avec les opérateurs mobiles. L'objectif est de généraliser l'offre à tous les trains des grandes lignes dès 2020.

Début 2019, les passagers des 44 InterCity pendulaires (ICN) circulant sur les lignes Lausanne-Bienne-St-Gall, Genève-Bienne-Zurich et Bienne-Bâle pourront accéder à Internet via une application mobile développée par les CFF, baptisée 'FreeSurf CFF'. Le système a été présenté aux médias mercredi à Zurich.

Concrètement, les voyageurs devront télécharger l'application sur leur smartphone, puis s'identifier à l'aide de leur numéro de téléphone. Ils recevront ensuite un code de confirmation qui leur permettra de surfer à volonté sur le web. Le tout grâce à des petits appareils appelés 'beacons' embarqués à bord des wagons, communiquant par bluetooth avec les téléphones.

Swisscom pour l'instant pas partenaire

Le rôle de ces 'beacons' est de vérifier que l'utilisateur se trouve bien à bord du train, et non pas à la maison par exemple. Les CFF offrent alors la connexion en partenariat avec les opérateurs. Pour l'instant, seuls Sunrise et Salt font partie du projet. Des discussions sont en cours avec Swisscom. Ce qui signifie que si le test avait lieu aujourd'hui, les clients Swisscom en seraient exclus.

'Nous ne voyons actuellement pas la nécessité de participer à ce test technologique', a déclaré à Keystone-ATS Alicia Richon, porte-parole de Swisscom. 'La plupart des utilisateurs de smartphones de Swisscom ont un abonnement fixe. Ils surfent sans limite avec leur abonnement, qu'ils soient dans le train ou ailleurs. Mais nous continuerons à discuter avec les CFF.'

Il est vrai que pour ceux qui possèdent un abonnement mobile avec une connexion Internet illimitée, l'app des CFF ne changera rien en termes de stabilité ou de vitesse. Pour les autres, une carte SIM suisse sera nécessaire pour se connecter. Une solution est à l'étude pour les touristes. A noter aussi qu'il ne sera pas possible de le faire avec un ordinateur, mais uniquement avec un téléphone portable.

Moins coûteux que le wi-fi

Plutôt que sur le wi-fi, l'option retenue s'appuie donc sur la 3G/4G. Celle-ci couvre actuellement 97% du réseau ferroviaire. Et la couverture passera à 99% d'ici à 2020, grâce à des améliorations le long de l'axe nord-sud et dans les régions frontalières. Dès 2022, tous les tunnels de Suisse bénéficieront en outre d'une couverture 4G ininterrompue.

Par rapport au wi-fi, le système offre aux clients une connexion plus rapide et plus fluide, avec une plus grande largeur de bande, selon les CFF. Il présente aussi l'avantage d'être moins cher. Le coût du test est de quelques millions, a indiqué à Keystone-ATS Peter Kummer, responsable de l'information des CFF.

Il a toutefois été décidé d'opter pour le wi-fi dans les trains circulant à l'étranger, qui traversent souvent des régions mal couvertes par la 3G/4G. En regroupant des réseaux de téléphonie mobile de différents fournisseurs, les routeurs wi-fi permettent de compenser ces lacunes. Le wi-fi sera disponible dès fin 2019 dans les premières rames.

Préparation à l'arrivée de la 5G

Les CFF se préparent par ailleurs déjà à l'arrivée de la 5G. Ils vont tester progressivement dès l'an prochain sur les InterCity à deux étages (IC2000) des vitres spéciales traitées au laser permettant une meilleure réception à l'intérieur des convois. A terme, ces vitrages pourraient rendre inutiles les amplificateurs de signaux qui équipent actuellement les trains grandes lignes et régionaux.

Cela faisait plusieurs mois que les CFF laissaient planer le mystère sur la technologie qu'ils allaient choisir pour proposer l'internet sans frais dans les trains. En mai dernier, ils avaient déjà annoncé renoncer au wi-fi pour des raisons de coûts.

/ATS