Les PME suisses prisées à l'étranger

Les petites et moyennes entreprises suisses (PME) sont demeurées attrayantes pour les investisseurs ...
Les PME suisses prisées à l'étranger

Les PME suisses prisées à l'étranger

Photo: KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECOCQ

Les petites et moyennes entreprises suisses (PME) sont demeurées attrayantes pour les investisseurs internationaux, à en croire une étude du cabinet de conseil Deloitte. A l'inverse, les investissements à l'étranger des PME suisses ont été timides.

Les achats de PME suisses par des investisseurs étrangers ont bondi de près de 38% sur un an au premier semestre, avec 40 acquisitions pendant la période sous revue contre seulement 29 à la même période en 2017, a relevé Deloitte dans un communiqué.

Les acheteurs sont majoritairement originaires d'Europe, neuf venant d'Allemagne, trois de France et de Grande-Bretagne et deux de Suède. Six acheteurs viennent des Etats-Unis et deux de Chine.

'Les investissements dans les PME suisses sont très populaires et relativement sûrs, mais étant donné les fortes tensions commerciales, les experts de Deloitte font preuve d'un optimisme modéré pour l'avenir', ont-ils indiqué.

Parmi les société rachetées, 'beaucoup d'entre elles occupent des positions clés dans des marchés de niche et disposent de bons réseaux internationaux. Elles sont donc des cibles prisées, tant pour les investisseurs financiers que pour les entreprises du secteur', a détaillé Deloitte. L'affaiblissement du franc a soutenu cette tendance.

Incertitudes pour la suite

A l'inverse, les PME suisses ont été plus réticentes à investir à l'étranger, l'étude recensant seulement une opération supplémentaire (31 au total, +3,3%) entre janvier et juin. Les acquisitions à l'intérieur de la Confédération ont quant à elles chuté de 17,1% à 29 transactions.

Sur les 31 entreprises rachetées par des sociétés suisses, 24 venaient d'Europe dont 11 d'Allemagne, et cinq des Etats-Unis.

La majorité des transactions (22) a été enregistrée dans le secteur industriel, suivi par les services (16) et les biens de consommation (14). 'Un nombre étonnamment important d'entreprises du secteur des technologies, des médias et des télécommunications (TMT) ont changé de mains', huit ayant été vendues à l'étranger et trois ayant trouvé un nouveau propriétaire en Suisse, ont constaté les auteurs de l'étude.

Face aux incertitudes géopolitiques, avec notamment la guerre commerciale que se livrent les Etats-Unis avec le reste du monde, Deloitte s'est déclaré 'prudemment optimiste' pour la seconde partie de l'année en matière d'acquisitions de PME.

/ATS