Les centres de calcul de l'armée coûteront 250 millions de plus

La réalisation de trois nouveaux centres de calcul pour l'armée et l'administration fédérale ...
Les centres de calcul de l'armée coûteront 250 millions de plus

Les centres de calcul de l'armée coûteront 250 millions de plus

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

La réalisation de trois nouveaux centres de calcul pour l'armée et l'administration fédérale coûtera environ 250 millions de francs de plus que prévu initialement. Un des sites choisis est inutilisable, selon un rapport du Département fédéral de la défense (DDPS).

Le projet est désormais devisé à plus de 1,1 milliard de francs, au lieu des 900 millions prévus au budget. En outre, le projet lancé en 2010 ne devrait être terminé qu'en 2028, soit cinq ans plus tard que prévu, ajoute ce rapport. Le document, mis en ligne jeudi sur le site du DDPS, a été révélé dimanche par la NZZ am Sonntag.

Selon le rapport, un des centres de calcul aurait dû être implanté à Mitholz, dans l'Oberland bernois. Mais un ancien dépôt de munitions de la Deuxième Guerre mondiale doit être assaini dans ce village. Un danger d'explosion a rendu le projet impossible. Le Département de Viola Amherd n'a pas précisé où il projetait d'installer le nouveau centre.

Les deux autres centres ont été mis en service l'an dernier. Des réparations sont toutefois déjà nécessaires en raison de défauts à la dalle de fondation et d'autres dégâts. Des démarches juridiques sont en cours suite au retrait du bureau général d'études.

Les trois nouveaux centres de calcul, situés à différents endroits, doivent regrouper les anciennes salles informatiques décentralisées afin d'optimiser les coûts d'exploitation. Berne veut en outre améliorer la sécurité informatique. Deux des centres sont prévus à des fins purement militaires, le troisième pour des objectifs civils.

Mortiers et drones

Outre les centres de calcul, le rapport du DDPS révèle des problèmes dans d'autres projets importants. Le calendrier a été respecté pour huit des 23 projets concernés l'an dernier. Les autres ont rencontré divers problèmes.

Il a notamment fallu retarder à 2026 l'introduction d'un système de mortiers de 12 cm, en raison de problèmes au niveau des matériaux et de la fabrication du poste de commande des mortiers. Le DDPS a réclamé des pénalités. Il ne précise pas les coûts supplémentaires pour ce projet de 425 millions de francs.

L'entrée en service de drones de reconnaissance israéliens, prévue en 2020, a également été repoussée. Un appareil destiné à l'armée suisse s'est écrasé en Israël lors d'un vol d'essai. En outre, la pandémie de coronavirus a compliqué la collaboration avec les fournisseurs. Un nouveau calendrier doit être établi à la fin du premier trimestre de cette année.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus