Les délits économiques ont augmenté en 2022

Les cas de criminalité économique portés devant la justice suisse ont augmenté en 2022 et le ...
Les délits économiques ont augmenté en 2022

Les délits économiques ont augmenté en 2022

Photo: KEYSTONE/GABRIELE PUTZU

Les cas de criminalité économique portés devant la justice suisse ont augmenté en 2022 et le montant total de ces préjudices s'élève à 581 millions de francs, indique mardi le baromètre Forensic Fraud du cabinet de conseil KPMG.

Les tribunaux suisses ont jugé 78 cas de criminalité économique, dont sept liés au Covid-19, ce qui représente une augmentation de 15% sur un an. Les sommes en jeu se sont également étoffées: en 2021, elles s'élevaient encore à 567 millions.

'Les chiffres (réels) sont en réalité nettement supérieurs puisque de nombreux cas ne font pas l'objet de plainte pénale', soulignent les auteurs de l'étude.

'L'une des raisons de cette hausse est que les criminels en col blanc ont trouvé de nouveaux moyens de se livrer à des activités frauduleuses dans le sillage de la pandémie Covid-19 ', explique Bob Dillen, associé responsable du département Forensic chez KPMG.

Les personnes physiques ont été les principales victimes de ces délits, avec 40 cas contre 11 en 2021, et le montant du préjudice cumulé pour ce groupe a été multiplié par 20 à 120 millions.

Les institutions publiques, victimes de 19 des cas après 25 l'année précédente, ont subi des préjudices d'un montant total de 419 millions en 2022, soit près de trois quarts des sommes en jeu.

'Les raisons de l'attrait élevé du secteur public pour les fraudeurs sont, d'une part les ressources financières considérables qui y sont gérées et d'autre part, la structure souvent complexe des institutions publiques, qui peut conduire à des faiblesses du système de contrôle interne', fait remarquer Bob Dillen.

Les cinq délits les plus fréquents sont les détournements de fonds (14), l'escroquerie aux paiements anticipés (13), la fraude à l'assurance et à la sécurité sociale (12), la gestion déloyale (11) et le blanchiment d'argent (4).

Ce sont par ailleurs les personnes physiques qui représentent la catégorie la plus importante d'auteurs de délits et un tiers des cas ont été perpétrés sur le lieu de travail.

Au niveau des régions, c'est la Suisse centrale qui a été le plus touchée avec 21 des cas, devant la région Zurich (18) et lémanique (15). Le Tessin, en avant-dernière position, avec trois cas, figure parmi les cantons avec le moins de délits jugés.

/ATS
 

Actualités suivantes