Les évêques suisses créent un fonds pour les victimes

Les évêques suisses ont annoncé lundi la création d'un fonds pour les victimes d'abus sexuels ...
Les évêques suisses créent un fonds pour les victimes

Les évêques suisses créent un fonds pour les victimes

Photo: Keystone

Les évêques suisses ont annoncé lundi la création d'un fonds pour les victimes d'abus sexuels prescrits commis par des représentants de l'Eglise catholique. Il est doté de 500'000 francs.

La Conférence des évêques suisses (CES) avait évoqué l'idée d'un tel fonds il y a tout juste une année. Lundi, devant la presse réunie à au musée de la basilique de Valère à Sion, elle en a confirmé la concrétisation.

'Le fonds concerne uniquement les cas prescrits', a souligné Mgr Charles Morerod. Le président de la CES a rappelé combien est 'particulièrement lourde' la situation de ces victimes d'abus sexuels prescrits selon le droit public et le droit canon, 'que les instances de l'Eglise n'ont pendant longtemps, ni entendus ni réparés'.

Le montant du fonds est pour l'heure de 500'000 francs. Il est alimenté par les contributions des diocèses suisses, de l'Union des Supérieurs majeurs religieux de Suisse (VOS'USM) et des corporations ecclésiastiques. Une commission indépendante décide de l'octroi et du montant.

Cours de prévention

La CES a également adapté ses directives contraignantes pour prévenir les abus et traiter les victimes et leurs auteurs. Ces dernières ne s'appliquent désormais plus uniquement aux seules personnes actives en pastorale, mais à toutes les personnes qui travaillent dans le contexte de l'Eglise, comme par exemple dans la catéchèse, dans le travail social ou avec la jeunesse et dans la musique.

'Dans mon diocèse de Bâle, tout un chacun doit suivre un cours de prévention. Il ne s'agit pas d'une sensibilisation ponctuelle mais continue dans le temps', a illustré Mgr Felix Gmür, vice-président de la CES. Les cours sont dispensés par des psychologues, psychiatres, juristes ou encore des théologiens.

223 victimes annoncées

Lors de la conférence la presse dans le chef-lieu valaisan, prononcée en majeur partie en allemand, la CES a donné quelques statistiques. Elles montrent une baisse du nombre d'abus sexuels annoncés aux instances diocésaine sur six ans.

Depuis 2010, 223 victimes ont été recensées, dont 49 étaient des enfants de moins de 12 ans au moment des faits. 'La grande partie des cas s'est déroulée entre 1950 et 1990', a précisé la CES.

Pour la même période, les chiffres montrent un total de 204 auteurs, dont 103 prêtres, 47 religieux, 11 religieuses, 5 théologiens ou théologiennes laïques et 6 personnes d'autres professions.

Avant d'informer la presse, la CES a invité à faire acte de pénitence pour les victimes d'abus sexuels dans le contexte ecclésial. La cérémonie s'est déroulée à la basilique de Valère. Une cinquantaine de personnes y ont participé, dont une majorité de religieux et une poignée de victimes.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes