Les habitants de la Ville optent pour des Fêtes sur 11 jours

Les habitants de la Ville de Genève ne veulent pas de Fêtes de Genève sur une semaine. Dimanche ...
Les habitants de la Ville optent pour des Fêtes sur 11 jours

Les habitants de la Ville optent pour des Fêtes sur 11 jours

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Les habitants de la Ville de Genève ne veulent pas de Fêtes de Genève sur une semaine. Dimanche, ils ont rejeté à plus de 54,5% l'initiative 'Pour des Fêtes plus courtes et plus conviviales', optant à près de 54,6% pour le contre-projet et des festivités sur 11 jours.

Lancé par un collectif de citoyens, l'initiative n'était soutenue, au niveau politique, que par la formation Ensemble à gauche. Le MCG, l'UDC, le PS et le PDC défendaient le contre-projet. De leur côté, les Verts et le PLR n'étaient satisfaits d'aucune des deux solutions soumises au vote.

L'initiative voulait revenir à des Fêtes de Genève plus modestes. Elle combattait le gigantisme de la manifestation et les nuisances qu'elle engendre. Entre le montage des installations et la remise en état des pelouses une fois les fêtes terminées, les quais se retrouvent chamboulés de mi-juillet à mi-octobre.

Problèmes financiers

Les initiants proposaient donc des fêtes destinées avant tout aux Genevois, d'une durée maximale d'une semaine. Bien trop peu pour les formations politiques à l'origine du contre-projet. A leurs yeux, l'initiative, avec un seul week-end de festivités, aurait mis en péril l'autofinancement de la manifestation et sa pérennité.

Ce scrutin intervient alors que la traditionnelle manifestation estivale genevoise se trouve en pleine tourmente. En 2017, elle a accusé un déficit d'environ 3,2 millions de francs, obligeant son organisateur, la Fondation Genève Tourisme, à puiser dans ses réserves.

Face aux difficultés financières, Genève Tourisme a même renoncé à organiser l'édition 2018 des Fêtes de Genève. Cet été, seul le feu d'artifice est en principe conservé. L'ampleur et la durée du spectacle pyrotechnique dépendra toutefois des fonds qui auront pu être récoltés auprès de partenaires privés et publics.

Non aux économies budgétaires

Les habitants de la Ville de Genève ont également refusé les coupes d'environ 2,5 millions de francs dans le budget 2017 de la municipalité. Le scrutin aurait dû initialement avoir lieu en octobre dernier, mais il a été annulé par la justice à cause d'une brochure explicative faisant la part trop belle aux référendaires.

Les coupes avaient été imposées par la majorité de droite du Conseil municipal de la Ville de Genève. Celle-ci a finalement été désavouée par les électeurs, qui ont refusé les économies dans les dépenses générales, la solidarité internationale, la culture et les allocations de rentrée scolaire, avec 60% de non sur trois des quatre objets.

La droite a renoncé à faire campagne sur ces coupes, estimant le sujet obsolète, car portant sur le budget 2017. Le PLR a cependant prévenu que la gauche et l'exécutif de la Ville de Genève devront annoncer quelles économies ils envisagent dans le budget 2018 afin de compenser ces nouvelles dépenses de 2,5 millions de francs.

Le taux de participation au scrutin s'est élevé à 43,2%.

/ATS