Les paysans critiquent le dangereux double jeu du Conseil fédéral

Le gouvernement joue un double jeu qui met l'agriculture helvétique en grand danger, martèlent ...
Les paysans critiquent le dangereux double jeu du Conseil fédéral

Les paysans critiquent le dangereux double jeu du Conseil fédéral

Photo: Keystone/DPA dpa/JULIAN STRATENSCHULTE

Le gouvernement joue un double jeu qui met l'agriculture helvétique en grand danger, martèlent les paysans. La stratégie agricole du Conseil fédéral vise une ouverture des frontières tout en exigeant une production suisse de qualité et respectueuse des ressources.

'Nous ne pouvons pas rivaliser avec les prix à la production de l'Union européenne tout en supportant le niveau des coûts en Suisse', affirme Francis Egger, de l'Union suisse des paysans (USP), cité dans un communiqué mardi. Sans compter qu'il faut également répondre à 'des exigences encore plus élevées en matière de performance environnementale et de bien-être animal'.

De son côté, le président de l'USP Markus Ritter souligne l'utilité de la protection douanière. Elle favorise le développement de l'entrepreneuriat requis, et non pas l'optimisation des paiements directs, assure-t-il. De plus, 'la protection douanière n'affecte guère les consommateurs: les Suisses sont ceux qui consacrent la plus petite part de leur revenu disponible à la nourriture'.

Sans protection douanière, alors que leur revenu est déjà bas, les familles paysannes devront faire face à une arrivée massive de produits étrangers moins chers et de moindre qualité, ajoute Anne Challendes, membre du comité de l'Union suisse des paysannes et des femmes rurales. Se serrer la ceinture, assumer toujours plus de travail: la faculté d'adaptation paysanne atteint ses limites.

Pas de commerce équitable

Sans compter que les agriculteurs sont toujours dans l'expectative. Une année avec de mauvaises conditions météo peut provoquer des pertes de cultures ou des frais imprévus, souligne Mme Challendes. Si le Conseil fédéral persiste sur cette voie, sur quatre exploitations agricoles à remettre, trois disparaîtront. Des perspectives également peu réjouissantes pour les jeunes agriculteurs.

Hansuli Huber, directeur de la Protection suisse des animaux (PSA), pointe pour sa part la contradiction entre le rapport du Conseil fédéral et l'article constitutionnel sur la sécurité alimentaire, accepté par 78,7% des votants fin septembre. La PSA n'a pas l'intention de céder sur une production durable et respectueuse des animaux. L'Etat et l'économie ont reçu le mandat de les garantir.

Cependant, 'je ne vois aucun développement de l'agriculture biologique ou des prestations écologiques' dans le rapport du Conseil fédéral, déplore la conseillère nationale Maya Graf (Verts/BL), co-présidente de l'initiative pour des aliments équitables. Le document ignore aussi les 'relations commerciales durables' mentionnées dans le nouvel article constitutionnel.

Durable à tous les niveaux

L'alliance pour une agriculture durable comprend notamment l'USP, l'Union suisse des paysannes et des femmes rurales, la Commission des jeunes agriculteurs, la PSA, l'Union maraîchère suisse et l'initiative pour des aliments équitables. Elle exige une nouvelle base de discussion de la part du Conseil fédéral. L'USP avait déjà demandé au gouvernement de revoir sa copie la semaine dernière.

Début novembre, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann présentait la nouvelle stratégie agricole. Celle-ci propose notamment d'intensifier les accords de libre-échange et de réduire la protection douanière en vigueur en Suisse.

L'alliance réclame à présent une agriculture durable à la fois pour le bien-être animal et la protection de l'environnement en Suisse comme à l'étranger, ainsi que pour la diversité des structures et des branches de production en Suisse. Elle doit en outre être durable en ce qui concerne la situation économique et sociale des familles paysannes, et les perspectives d'avenir pour les jeunes agriculteurs.

/ATS
 

Actualités suivantes