Les pertes assurées en forte hausse en 2022

En 2022, les catastrophes naturelles devraient entraîner des pertes assurées largement supérieures ...
Les pertes assurées en forte hausse en 2022

Les pertes assurées en forte hausse en 2022

Photo: KEYSTONE/EPA/CRISTOBAL HERRERA-ULASHKEVICH

En 2022, les catastrophes naturelles devraient entraîner des pertes assurées largement supérieures à la moyenne enregistrée sur la dernière décennie. Au total, elles sont estimées à 115 milliards de dollars, selon l'étude Sigma du réassureur Swiss Re.

Sur le montant total, une large part des pertes assurées est attribuée à l'ouragan Ian, qui a entraîné d'importants dégâts à Cuba et dans les états américains de la Floride et des deux Carolines. Pour ce seul événement, les pertes assurées sont estimées entre 50 à 65 milliards, précise le communiqué publié jeudi. Cela en fait la catastrophe naturelle la plus chère depuis l'ouragan Katarina en 2005.

Les orages d'hiver en Europe, dont les pertes assurées sont estimées à 3,7 milliards, ainsi que les inondations en Australie (4 milliards de pertes estimées) et en Afrique du Sud ont également fait grimpé la facture. La France a également connu des tempêtes de grêle sans précédent, dont les pertes assurées sont estimées à 5 milliards d'euros.

Catastrophes naturelles de plus en plus coûteuses

L'année 2022 est ainsi la deuxième à la suite où les pertes assurées estimées dépassent la barre des 100 milliards, poursuivant une tendance en progression. En moyenne, elles ont enregistré une progression de 5 à 7% annuellement au cours de la dernière décennie. En 2021, les pertes assurées pour les catastrophes naturelles s'étaient portées à 121 milliards.

En outre, Swiss Re rappelle que l'ouragan Andrew il y a 30 ans avait été le premier événement à provoquer des pertes de plus de 20 milliards. Or au cours des six dernières années, il y a eu des ouragans de la même ampleur à sept reprises.

Swiss Re souligne la nécessité d'adapter les modèles prédictifs dans un contexte modifié. Il est ainsi nécessaire de mieux prendre en compte les risques secondaires, comme les inondations ou la grêle, qui progressent mais auxquels les sociétés d'assurances prêtent moins d'attention.

Le secteur de la réassurance a couvert environ 45% des pertes économiques cette année, alors que le montant total des dommages pour les catastrophes naturelles est estimé à 260 milliards, selon l'institut Swiss Re. Il subsiste par conséquent un écart toujours important dans la protection.

Les estimations fournies dans l'étude Sigma se réfèrent à des dommages matériels et ne prennent pas en compte les sinistres liés à la pandémie.

/ATS
 

Actualités suivantes