Les provisions pour risque de crédit vont exploser à court terme

L'affaiblissement des petites et moyennes entreprises causé par la crise pandémique devrait ...
Les provisions pour risque de crédit vont exploser à court terme

Les provisions pour risque de crédit vont exploser à court terme

Photo: KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN

L'affaiblissement des petites et moyennes entreprises causé par la crise pandémique devrait laisser des traces sur la performance des banques suisses. Les provisions pour risque de crédit vont encore augmenter 'fortement' à court terme, selon un sondage mené par EY.

Parmi les établissements interrogés, 75% redoutent une hausse sensible des correctifs de valeur, en particulier dans les activités de crédit avec les PME, indique jeudi le géant du conseil. L'année dernière, la proportion était de 12%.

'A long terme, les banques ne cèdent toutefois pas à la panique face aux menaces de défaillances de crédit', relativise Timo d'Ambrosio, directeur de l'audit pour les services financiers chez EY Suisse, cité dans le communiqué.

Pour 36% des sondés, les défaillances de crédit vont augmenter dans un horizon de six à douze mois, alors que 7% des participants craignaient une telle évolution lors de la précédente édition du baromètre bancaire d'EY. Le secteur se montre moins optimiste sur le marche des affaires à court terme, 59% attendant un développement positif contre 67% précédemment.

Taux négatifs répercutés, une tendance

Le géant du conseil affirme néanmoins que les banques suisses vont absorber le choc sans ciller. Les efforts en termes de capitalisation et de réduction des risques fournis depuis la crise financière de 2008 ont payé, selon EY. Pour le secteur, la pandémie de coronavirus a constitué un test de résistance 'passé avec succès'.

Plus de la moitié (53%) des établissements sondés émettent un avis positif sur la marche des affaires au cours des derniers mois, précise le communiqué.

Les banques doivent toujours composer avec la faiblesse des taux d'intérêts, une situation défavorable pour ces entreprises et qui va vraisemblablement durer encore longtemps. Pour 82% des sondés, ce contexte prévaudra encore dans dix ans. EY pointe du doigt le 'problème structurel' de rendement dans les opérations d'intérêts, principale activité pour bon nombre d'institutions en Suisse.

Autrefois considérée comme un tabou par la profession, la répercussion à grande échelle des taux négatifs sur les clients privés devient peu à peu une réalité. Seuls 11% des participants au sondage l'excluent totalement, contre une proportion de 21% l'année dernière. Il y a cinq ans, une large majorité (70%) écartait cette solution d'un revers de main.

Très touchées par cette situation, les banques de détail réagissent différemment. Du côté des banques cantonales, une faible minorité (6%) exclut de répercuter les taux négatifs aux clients, contre 14% pour les établissements régionaux.

La volatilité provoquée par la pandémie de Covid-19 sur les marchés financiers va profiter aux activités de gestion des banques sondées, qui entrevoient globalement de bonnes performances pour les opérations de commissions et de prestations de service.

/ATS