Nouveaux revers pour Fabien Dunand dans l'affaire Orllati

Le journaliste Fabien Dunand succombe à nouveau devant le Tribunal fédéral. Ce dernier refuse ...
Nouveaux revers pour Fabien Dunand dans l'affaire Orllati

Nouveaux revers pour Fabien Dunand dans l'affaire Orllati

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Le journaliste Fabien Dunand succombe à nouveau devant le Tribunal fédéral. Ce dernier refuse d'ordonner le séquestre des archives de l'entrepreneur Orllati et rejette aussi la récusation du procureur en charge.

Dans deux arrêts publiés jeudi, le TF déboute à nouveau Fabien Dunand, ancien rédacteur en chef de 24 heures, qui avait lancé des accusations d'atteintes à l'environnement contre le groupe Orllati.

La haute cour a déclaré irrecevable sa demande de séquestre sur les archives d'Orllati. Elle estime que le journaliste pourra requérir leur saisie ultérieure s'il parvient à établir que ces documents présentent une pertinence dans le cadre de la procédure instruite contre lui pour calomnie et menaces alarmant la population. D'autre part, il n'a pas suffisamment étayé le risque d'une destruction.

Quant à la demande de récusation du procureur qui instruit la procédure pour calomnie, elle a été également rejetée. Le TF estime que le seul fait que ce magistrat ait mené l'enquête sur les accusations lancées contre Orllati - enquête qui a été classée en mai 2017 - ne permet pas de conclure à sa partialité.

Fabien Dunand, qui se définit comme un lanceur d'alerte, a accusé, d'abord de manière anonyme, le groupe Orllati de ne pas respecter les règles d'environnement et de polluer des terrains à Bioley-Orjulaz (VD).

Il reproche également à Jacqueline de Quattro, conseillère d'Etat vaudoise en charge du territoire et de l'environnement, un conflit d'intérêts avec Orllati et souhaitait qu'elle soit dessaisie de ce dossier. Une demande rejetée par le Tribunal cantonal en avril 2018. (arrêts 1B_398/2017 et 1B_494/2017 du 1er mai 2018)

/ATS
 

Actualités suivantes