Oui au report de l'harmonisation de l’impôt frontalier neuchâtelois

La population neuchâteloise accepte de retarder une nouvelle fois l'harmonisation de l'impôt ...
Oui au report de l'harmonisation de l’impôt frontalier neuchâtelois

Oui au report de l'harmonisation de l’impôt frontalier neuchâtelois

Photo: Keystone

La population neuchâteloise accepte de retarder une nouvelle fois l'harmonisation de l'impôt des frontaliers. Dimanche, elle a voté oui de justesse à ce report qui donne un bol d'air financier à cinq communes industrielles, dont La Chaux-de-Fonds.

Les citoyens ont accepté cet objet par 50,39% des voix contre 49,61%. Le oui emporte 26'117 suffrages contre 25'717, soit seulement 400 voix d'écart. La participation a atteint 40,11%.

Cette modification de la clé de répartition des revenus fait partie d'un paquet fiscal global voté en 2013 par le Grand Conseil. Elle corrigera une distorsion qui a profité pendant des années à La Chaux-de-Fonds, Le Locle, Val-de-Travers, La Côte-aux-Fées et Les Brenets, soit 5 communes sur un total de 36.

Pour laisser du temps à ces dernières, l'entrée en vigueur de ce volet lié aux frontaliers était fixée à 2016, plus tard que le reste du paquet. Puis le parlement l'a retardée une première fois. Et début 2017, il a décidé une seconde fois de la reporter, ce qui a été combattu par référendum.

Solidarité

Ces communes souffrent particulièrement de la conjoncture économique. Maintenir provisoirement le statu quo leur permet de ne pas perdre tout de suite les montants qui sont actuellement en leur faveur dans ce domaine spécifique de la fiscalité, ont argumenté les référendaires.

Les autres communes devront donc continuer à patienter avant de recevoir les recettes supplémentaires induites par ce rééquilibrage. Le Conseil d'Etat a soutenu ce report et proposait à la population de l'accepter par solidarité, au nom de la cohésion cantonale.

Beaucoup de communes trouvaient cela injuste. Mais à l'inverse, quelques localités qui ne bénéficieront pas de ce report ont pourtant exprimé ouvertement leur soutien à cette mesure.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus