Ouverture au trafic du contournement Est de Bienne par l'A5

Les automobilistes peuvent emprunter depuis vendredi la branche Est du contournement de Bienne ...
Ouverture au trafic du contournement Est de Bienne par l'A5

Ouverture au trafic du contournement Est de Bienne par l'A5

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

Les automobilistes peuvent emprunter depuis vendredi la branche Est du contournement de Bienne. L'inauguration a eu lieu en présence de plusieurs centaines d'invités alors que l'absence de panneaux autoroutiers en français continue de susciter la controverse.

Ce nouveau tronçon permet aux automobilistes du canton du Jura et du Jura bernois de rejoindre Berne sans quitter l'autoroute, évitant la traversée de Bienne et de ses embouteillages. La liaison directe de Berne à Belfort (F) par Bienne et Delémont est une réalité.

La construction de la branche Est aura duré une dizaine d'années. Elle doit reporter le trafic urbain vers l'autoroute A5 et délester ainsi les quartiers du trafic motorisé individuel. La construction de ce tronçon long de près 5 km a coûté 1,2 milliard de francs.

'En concentrant et en canalisant le trafic, nous détournons une grande partie des voitures et des camions du centre-ville et de l'agglomération nord-est de Bienne', a déclaré lors des festivités la conseillère d'Etat bernoise Barbara Egger-Jenzer.

Des mesures d'accompagnement seront mises en place pour contraindre les automobilistes à quitter les rues du centre-ville pour emprunter l'A5. Mais le contournement autoroutier de Bienne ne sera complet que lors de la mise en service de l'axe Ouest, soit pas avant 2035.

Absence de panneaux bilingues

L'absence du français sur certains panneaux de signalisation suscite le mécontentement d'une partie de la population francophone. L'automobiliste verra par exemple la sortie 'Biel-Ost' dans la plus grande ville bilingue de Suisse. Le directeur de l'Office fédéral des routes Jürg Röthlisberger n'a pas fait allusion à cette controverse dans son discours.

'Le français n'est pas le bienvenu sur ce tronçon, j'ai décidé de ne pas assister à l'ouverture officielle de l'autoroute. Dommage', a écrit sur Twitter le conseiller municipal biennois francophone Cédric Némitz. Plusieurs élus romands ont aussi déposé des interventions au Conseil de Ville.

La législation fédérale sur la signalisation routière prévoit le bilinguisme dès qu'une minorité forme plus de 30% de la population d'une commune. Ce qui est le cas pour Bienne. Mais les autorités fédérales rétorquent que des noms trop longs pourraient nuire à la sécurité du trafic en monopolisant l'attention de l'automobiliste.

Fronde contre l'axe Ouest

Si le contournement Est n'a pas suscité d'opposition, il en va tout autrement de la branche Ouest. La fronde contre ce tracé ne cesse de grandir. Une banderole a été déployée quelques minutes avant d'être enlevée au-dessus du tunnel où se déroulaient les festivités avec l'inscription 'Stop Westast' (Stop axe Ouest).

Dans son discours devant plusieurs centaines d'invités, le maire de Bienne Erich Fehr a souligné que le Conseil municipal soutenait le projet général approuvé par le Conseil fédéral, y compris les deux jonctions au centre-ville. Il estimait que ce projet est le meilleur pour réduire le trafic d'agglomération tout en répétant que l'exécutif était ouvert au dialogue.

Pétition remise à Berne

Une pétition lancée par un collectif emmené par 'Biel notre amour' munie de plus de 10'130 signatures a été remise vendredi à 11h00 au Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication de Doris Leuthard. Elle demande aux autorités fédérales l'arrêt immédiat du projet sous cette forme et l'élaboration d'une alternative.

Les opposants estiment que le tracé retenu par les autorités va défigurer le centre-ville. Ils dénoncent aussi la démolition d'une centaine de maisons, notamment le Musée de la machine du Centre Müller, et l'abattage de centaines d'arbres qui sont sur le tracé de l'autoroute.

/ATS
 

Actualités suivantes