Partenariat public-privé pas souhaité en Suisse romande

Les Romands s'opposent au financement privé de l'enseignement. L'association des enseignants ...
Partenariat public-privé pas souhaité en Suisse romande

Partenariat public-privé pas souhaité en Suisse romande

Photo: Keystone

Les Romands s'opposent au financement privé de l'enseignement. L'association des enseignants romands n'a pas signé la charte de son pendant alémanique sur le partenariat public-privé. En cause, un Röstigraben sur la vision de l'école publique.

'Nous nous sommes retirés de la charte, car nous estimons préférable de ne pas faire appel à des fonds privés pour financer l'école publique', déclare à l'ats Samuel Rohrbach, président du syndicat des enseignants romands (SER). Pour l'association, le financement scolaire est du ressort des cantons.

Romands et Alémaniques n'ont pas du tout la même vision de l'école publique, souligne M. Rohrbach. Le partenariat public-privé n'est pas souhaité pour l'instant, mais l'enseignement évolue, ajoute-t-il.

Le SER est en train d'élaborer une charte romande, qui, selon son président, contient de nombreuses cautèles par rapport aux fonds privés injectés dans l'enseignement public.

Outre-Sarine, le rapport public-privé dans le domaine de la formation est beaucoup mieux accepté. Cependant, il doit être soumis à certaines règles, afin d'éviter les situations problématiques. En effet, toujours plus de fondations et d'entreprises s'immiscent dans les écoles au moyen de smartphones gratuits, de lait offert à la pause et de matériel de cours sponsorisé.

Pas d'influence sur les cours

La faîtière des enseignants alémaniques (LCH) demande dans une charte que le financement privé des écoles publiques soit équilibré et n'influence pas le contenu de l'enseignement. Elle l'a présentée mardi à l'occasion de l'ouverte des Swiss Education Days à Berne.

L'association voit d'un mauvais oeil certaines pratiques liées à des offres soi-disant gratuites. En contrepartie, les entreprises s'autorisent à exploiter les données personnelles des écoliers. La protection des données joue un rôle crucial dans le sponsoring de l'enseignement, estime la LCH.

Dix-huit organisations, fondations et entreprises privées ont signé la charte. A côté de La Poste et Swisscom, y figurent Samsung et Microsoft.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes