Pas de limitation de l'utilisation du mazout dans les maisons

Les propriétaires d'immeubles dans le canton de Berne pourront continuer d'avoir recours au ...
Pas de limitation de l'utilisation du mazout dans les maisons

Pas de limitation de l'utilisation du mazout dans les maisons

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Les propriétaires d'immeubles dans le canton de Berne pourront continuer d'avoir recours au mazout. Les citoyens ont rejeté dimanche à 50,6% la révision de la loi cantonale sur l'énergie qui visait à lutter contre l'utilisation des énergies fossiles.

Les milieux économiques, l'association des propriétaires fonciers et une partie de la droite ont donc réussi à convaincre une majorité de la population qui a refusé par 139'428 voix, contre 136'230 votes favorables, la révision de la loi sur l'énergie. La participation s'est élevée à 37,9%.

Ce texte, contesté par un référendum, était pourtant soutenu par le gouvernement et le Grand Conseil. Une majorité de la population a toutefois estimé que la législation actuelle était suffisante. Les opposants redoutaient que la nouvelle législation ne conduise à une hausse des loyers avec un report des charges des propriétaires.

Cette révision stipulait que les nouvelles constructions produisent elles-mêmes une partie de l'électricité dont elles ont besoin, avec une installation photovoltaïque par exemple. Dans les faits, ces bâtiments n'auraient plus dû être chauffés au mazout, sauf si aucune autre solution n'était envisageable.

Mazout préservé

Les chaudières à mazout dans les maisons existantes n'auraient plus pu être remplacées par des chauffages neufs fonctionnant avec le même type de combustible. La loi stipulait que dans la mesure du possible, le chauffage fonctionne à partir d'énergies renouvelables.

Pour le comité référendaire, la mise en oeuvre de cette loi aurait constitué un premier pas vers une interdiction des chauffages au mazout. Il estime que les propriétaires consentent déjà de gros investissements afin d'améliorer l'efficacité énergétique de leurs bâtiments.

Ce refus dans les urnes de mesures contre l'utilisation des énergies fossiles intervient alors qu'une partie de la jeunesse se mobilise en faveur du climat. Pour ses partisans, la révision aurait apporté une contribution à la protection du climat et aurait privilégié les énergies indigènes par rapport aux énergies fossiles importées.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus