Pfizer va livrer vaccins et médicaments à prix coûtant dans 45 pays

Le groupe pharmaceutique américain Pfizer va livrer à prix coûtant plus de 20 vaccins et médicaments ...
Pfizer va livrer vaccins et médicaments à prix coûtant dans 45 pays

Pfizer va livrer vaccins et médicaments à prix coûtant dans 45 pays

Photo: KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

Le groupe pharmaceutique Pfizer va livrer à prix coûtant plus de 20 vaccins et médicaments disponibles aux Etats-Unis et dans l'UE à 45 pays pauvres et à revenus intermédiaires. Jusqu'à 1,2 milliard de personnes pourraient gagner de l'accord de mercredi à Davos (GR).

Les grands groupes pharmaceutiques avaient été ciblés aux côtés des gouvernements des pays riches, accusés d'avoir provoqué une inéquité dans l'accès aux vaccins contre le coronavirus. Avec cette réponse annoncée à la presse au Forum économique mondial (WEF), le patron de Pfizer Albert Bourla tire un autre enseignement de la pandémie.

'Comme nous l'avons appris avec le vaccin contre le coronavirus, l'approvisionnement n'est qu'une première étape pour aider les patients', affirme-t-il. Il souhaite une amélioration dans les diagnostics, les infrastructures ou encore le stockage. Pfizer veut collaborer à ces efforts, a encore insisté le patron du groupe pharmaceutique américain.

'Le moment venu est de combler le décalage davantage' dans l'accès aux médicaments, a-t-il affirmé. En moyenne, ceux-ci mettent entre 4 et 7 ans supplémentaires à atteindre les pays en développement, s'ils arrivent dans ces territoires, par rapport aux autres régions. Or, dans ces Etats, le manque d'accès aux soins provoque des millions de décès évitables chaque année.

Devant les participants du WEF, le patron a plus tard affirmé que le groupe ne gagnerait pas d'argent sur le nouvel arrangement. Alors qu'il redoute que la population ne se conforme plus à l'avenir à une exigence de vaccination contre le coronavirus, il a affirmé que la technologie ARNm aboutirait à des avancées sur d'autres questions que celui-ci.

Pays africains visés

L'accord annoncé mercredi porte également sur toutes les futures technologies du groupe. Autre composante, une collaboration avec la Fondation Gates va se poursuivre pour aboutir à de nouveaux vaccins contre des maladies qui affectent surtout les pays pauvres.

Bill Gates a salué le nouvel engagement du groupe américain. Mais 'nous l'avons vu avec le coronavirus', 'nous n'y sommes pas encore' en termes de réduction des inégalités, a-t-il ajouté, souhaitant aussi davantage d'investissements pour un vaccin encore plus efficace contre la malaria.

Cinq pays se sont déjà engagés à participer à l'accord. Parmi eux figurent le Rwanda, le Ghana, le Malawi, le Sénégal et l'Ouganda. 'C'est une étape importante pour une sécurité sanitaire durable', a dit le président rwandais Paul Kagamé qui souhaite encore que d'autres groupes pharmaceutiques répètent ce dispositif.

/ATS
 

Actualités suivantes