Procès d'une trentaine d'activistes du climat à Fribourg

Une trentaine d'activistes pour le climat comparaissent à partir de ce mardi devant le juge ...
Procès d'une trentaine d'activistes du climat à Fribourg

Procès d'une trentaine d'activistes du climat à Fribourg

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

Une trentaine d'activistes pour le climat comparaissent à partir de ce mardi devant le juge de police de la Sarine. Les prévenus avaient participé le 29 novembre 2019 au blocage de l’entrée principale du centre commercial de Fribourg Centre lors du Black Friday.

Prévu sur quatre jours, jusqu'au 1er juin, dans une grande salle de Forum Fribourg, à Granges-Paccot, le procès des 36 activistes pour le climat est présenté par la défense, qui compte pas moins de douze avocats, comme le plus important du genre en Suisse romande. Les militants sont issus de la Grève du climat et d’Extinction Rebellion.

Les actions du 29 novembre 2019 constituaient une première depuis l'introduction du Black Friday en Europe. Organisées par 'Block Friday', elles se sont déroulées un peu partout sur le Vieux Continent un vendredi de forte affluence, histoire de dénoncer une 'incitation à la surconsommation et ses conséquences climatiques'.

A Fribourg, des militants avaient bloqué l'entrée de Fribourg Centre, près de la gare. Tous ont été condamnés à des peines pécuniaires avec sursis et à des amendes fermes de 200 à 500 francs pour avoir pris part à une manifestation non autorisée, troublé l’ordre public et s’être opposés aux injonctions de la police.

Témoignage d'experts

Certains ont été reconnus coupables de contrainte. La trentaine de militants qui comparaissent devant le juge ont fait opposition aux condamnations prononcées via des ordonnances pénales rendues par le Procureur général fribourgeois Fabien Gasser. La plupart sont âgés entre 19 et 25 ans, l’une des personnes affichant 62 printemps.

Début mai, la défense s'était plaint de n'avoir pas obtenu du juge Benoît Chassot le droit de faire témoigner les scientifiques qui se sont engagés en faveur des prévenus. Ces derniers pourraient, selon elle, démontrer que l'action du Black Friday 2019 avait été commise en état de nécessité, sous la pression de l’urgence climatique.

Parmi ces scientifiques figure le nom du prix Nobel de chimie vaudois Jacques Dubochet, un habitué de la cause climatique. Ce dernier a prévu de se déplacer au premier jour du procès à Granges-Paccot pour voir si le juge Chassot n'a pas revu sa position à la dernière minute.

/ATS
 

Actualités suivantes