Projets pilotes pour lutter contre la radicalisation sur Internet

La Confédération s'attaque à la radicalisation des jeunes de 15 à 25 ans sur Internet. Elle ...
Projets pilotes pour lutter contre la radicalisation sur Internet

Projets pilotes pour lutter contre la radicalisation sur Internet

Photo: Keystone

La Confédération s'attaque à la radicalisation des jeunes de 15 à 25 ans sur Internet. Elle soutient plusieurs projets pilotes visant à contrer la propagande d'organisations terroristes telles que Daech, qui ciblent habilement les jeunes sur la Toile.

Ces projets pilotes doivent donner des impulsions pour d'autres initiatives. Ils sont chapeautés par l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), qui a appelé jeudi passé, par une mise au concours sur la plate-forme Internet 'Jeunes et médias', les organisations à lui présenter des projets.

L'OFAS veut en soutenir trois ou quatre, à hauteur de 30'000 francs pour chacun d'eux, a indiqué Liliane Galley, directrice de la plate-forme, confirmant une information de la NZZ am Sonntag.

La Confédération soutiendra des projets émanant d'organisations à but non lucratif. Le but est de 'discréditer la propagande des extrémistes et de lui opposer des alternatives positives'. Il s'agira de raconter d'autres histoires que les terroristes, en mettant l'accent sur la cohabitation, la démocratie ou l'intégration.

Accompagnés par des scientifiques

Le but du projet est 'la prévention des formes violentes de l'extrémisme, qu'elles soient religieuses ou politiques', a dit Mme Galley. Pour ce faire, la plate-forme souhaite proposer des mesures de sensibilisation et réunir toutes les offres d'informations existantes.

Le délai de postulation court jusqu'à la mi-août. Le choix des projets médiatiques qui seront soutenus sera effectué par un groupe de scientifiques qui les accompagneront et les évalueront.

Ce programme de l'OFAS s'étendra jusqu'à fin 2018. Les projets doivent voir le jour d'ici là. Le programme prévoit aussi l'élaboration d'un guide pour la prévention de la radicalisation des jeunes sur Internet, qui s'adressera aux spécialistes cantonaux et communaux ainsi qu'à d'autres organisations.

Confédération et cantons

L'impulsion est venue l'année passée du Réseau national de sécurité (RNS), qui réunit Confédération et cantons. 'Internet et les réseaux sociaux jouent un rôle important dans le processus de radicalisation. Les compétences médiatiques ainsi que la capacité d'utiliser ces outils doivent être approfondies chez les jeunes, les parents et les enseignants', écrivait le RNS en juillet 2016 dans un rapport.

Et il ajoutait: 'La prévention de la radicalisation, notamment par un contre-discours, est à inscrire à titre de mesure préventive dans le cadre des activités de protection des jeunes face aux médias de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS)'.

/ATS
 

Actualités suivantes