Quadrature du cercle « possible » pour appliquer l'initiative UDC

La mise en oeuvre de l'initiative de l'UDC contre 'l'immigration de masse' entre dans la dernière ...
Quadrature du cercle « possible » pour appliquer l'initiative UDC

Quadrature du cercle

Photo: Keystone

La mise en oeuvre de l'initiative de l'UDC contre 'l'immigration de masse' entre dans la dernière ligne droite. A Bruxelles, la proposition de la Suisse fait son chemin. Une bonne solution apparaît probable, a relevé vendredi un diplomate européen.

'Ce que nous voyons actuellement semble indiquer que la quadrature du cercle est possible', a-t-il déclaré à l'ats, 'mais nous devons continuer à travailler à une solution'. Des diplomates suisses ont expliqué dans la matinée à des représentants de l'UE les propositions de la commission des institutions politiques du Conseil des Etats.

Il s'agit de contraindre les employeurs à inviter à un entretien les candidats indigènes à un emploi et à justifier un éventuel refus d'engagement. Ne seraient toutefois concernées que les entreprises actives dans un secteur où le taux de chômage est plus élevé que la moyenne.

Libre circulation

Le diplomate n'a pas voulu s'exprimer plus en détail, notamment quant à la compatibilité de cette solution avec la libre circulation des personnes. Selon la commission du Conseil des Etats, elle préserve les accords de libre circulation.

'Il est clair que toute liberté a ses limites et peut être soumise à certaines conditions', a-t-il déclaré. La ligne rouge à ne pas franchir est la discrimination ouverte des citoyens européens.

16 décembre

Pour l'Union européenne, la manière dont les dispositions suisses seront appliquées dans la pratique semble jouer un rôle important. Le diplomate interrogé par l'ats souligne que l'UE n'apprécierait pas que ses citoyens viennent se plaindre d'être discriminés sur le marché du travail suisse.

Bruxelles attend maintenant le 16 décembre, date à laquelle les Chambres fédérales voteront sur la mise en oeuvre de l'initiative de l'UDC. Le diplomate est confiant dans le fait que la bonne volonté et le pragmatisme des deux côtés permettront de trouver une solution.

L'UE nourrit cependant une inquiétude: que des concessions accordées à la Suisse constituent un précédent, notamment dans le cadre des négociations en vue de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes