Régions de montagne davantage touchées par la crise du Covid

Les régions de montagne, Valais et Grisons en tête, sont davantage touchées par la crise liée ...
Régions de montagne davantage touchées par la crise du Covid

Régions de montagne davantage touchées par la crise du Covid

Photo: KEYSTONE/Pablo Gianinazzi

Les régions de montagne, Valais et Grisons en tête, sont davantage touchées par la crise liée au coronavirus que le reste de la Suisse du fait de leur forte dépendance au tourisme. La Suisse romande se distingue également par une hausse du chômage.

C'est ce qui ressort d'évaluations économiques de regiosuisse, une plate-forme du développement régional en Suisse, réalisées sur mandat du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO). Au niveau national, les prévisions conjoncturelles tablent sur une baisse de 6,7% du PIB en 2020. Mais certains secteurs d'activités et certaines régions souffrent plus que d'autres.

L'industrie est directement touchée par la crise. Les derniers chiffres des importations et des exportations indiquent un effondrement historique.

Les exportations ont chuté de 11,7% en avril. Les pertes les plus importantes ont été enregistrées par les secteurs de la bijouterie et des montres, qui ont chacun chuté de plus de 70%. Les importations ont chuté encore plus fortement: elles ont diminué de 21,9%.

Restauration et hébergement

Les services risquent de souffrir encore davantage. Sont notamment concernés le commerce de détail, la gastronomie, la culture, les loisirs, l'hôtellerie et les voyages.

Selon les estimations du SECO, les chiffres montrent qu'en avril, bon nombre de ces secteurs ont subi une baisse de la valeur ajoutée de 80 à près de 100%. Sur l'ensemble de l'année, la baisse restera importante, de l'ordre de 15 à 35% dans les secteurs les plus touchés comme l'hébergement et la restauration.

Les régions de montagne sont les plus durement touchées. Motif: le tourisme fournit en moyenne plus d'emplois dans ces zones qu'ailleurs en Suisse. En outre, la structure des branches dans les régions de montagne est comparativement moins diversifiée. Le Valais et les Grisons sont ainsi en tête de liste des cantons les plus touchés.

Réduction de travail

La crise ne se limite pas aux secteurs directement visés par les restrictions du Conseil fédéral. Le nombre de demandes d'indemnité en cas de réduction de l'horaire de travail a atteint un record. Pour le mois d'avril, près de 40% des emplois (soit 1,9 million de travailleurs) en Suisse ont fait l’objet d’une demande.

Toutefois, la demande ou l’octroi d’une indemnité ne signifie pas que les entreprises concernées mettent effectivement leurs employés en chômage partiel, mais seulement qu'elles pourraient le faire. Les indemnités effectivement versées ne seront connues que dans les prochains mois. Reste qu'à nouveau, les cantons sont diversement impactés.

Au Tessin, le canton qui a pris les mesures les plus énergiques contre la propagation du coronavirus, la proportion d’emplois touchés par le chômage partiel est de près de 50% pour avril. Sont concernés la construction, le commerce et la restauration.

Dans le Jura (47%), les industries les plus touchées par la baisse de la demande à l'exportation sont l'horlogerie et la métallurgie. L'industrie et la construction sont également fortement touchées dans le canton de Neuchâtel (47%).

Hausse du chômage

Les chiffres du chômage ont également augmenté. A la fin avril, on relevait que 3,3% de la population active suisse, soit 153'000 personnes, étaient enregistrés auprès d'un ORP, contre 2,3% une année auparavant. Les régions de montagne montrent sans surprise des augmentations supérieures à la moyenne.

La Suisse romande affiche aussi une hausse plus élevée qu'en Suisse alémanique, notamment dans la branche de la construction. C'est peut-être lié à la décision de Genève et Vaud de fermer les chantiers au plus fort de la crise.

www.regiosuisse.ch/crise-du-corona

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus