SNCF: les discussions avec la ministre dans l'impasse (syndicats)

Les syndicats de cheminots français reçus jeudi par la ministre française des transports Elisabeth ...
SNCF: les discussions avec la ministre dans l'impasse (syndicats)

SNCF: les discussions avec la ministre dans l'impasse (syndicats)

Photo: KEYSTONE/AP/CLAUDE PARIS

Les syndicats de cheminots français reçus jeudi par la ministre française des transports Elisabeth Borne ont quitté la table des négociations sur un constat d'échec. Dénonçant une 'mascarade', ils estiment n'avoir avancé sur aucun des points de la réforme du rail.

La table ronde de plus de six heures a été 'pénible et inutile' avec 'un gouvernement qui brode', qui 'n'a pas de propositions et qui ne règle pas les problèmes', a déclaré à sa sortie Laurent Brun, de la CGT cheminots. 'La grève se poursuit' dimanche et lundi, a-t-il lancé.

'Nous sommes (...) extrêmement déçus de cette réunion et extrêmement mécontents que les revendications des cheminots n’aient pas été entendues', a-t-il ajouté.

Une nouvelle table ronde entre les syndicats et la ministre des transports est prévue vendredi. 'Aujourd'hui, il n'y a plus de débats avec les organisations syndicales. Le gouvernement renvoie au débat avec les parlementaires', a dit Eric Santinelli, du syndicat Sud Rail.

'Un premier tour de table'

'Le gouvernement refuse de repartir à zéro', a-t-il ajouté, alors que les principales dispositions ont commencé à être adoptées en commission à l'assemblée nationale. 'Le gouvernement, l'Etat avancent à marche forcée pour essayer de nous asphyxier', a renchéri Roger Dillenseger, secrétaire général de l'Unsa Ferroviaire. 'Le mouvement social risque bien de se durcir.'

Les syndicats, qui demandent au gouvernement de soulager la SNCF d’une partie au moins de ses 55 milliards d’euros de dette, disent n’avoir rien obtenu sur ce point non plus.

Le ministère des transports a indiqué de son côté que cette réunion avait 'été l'occasion d'un premier tour de table sur la question de la dette et du financement du système ferroviaire, afin notamment d'en partager le diagnostic et les perspectives'.

Lors des deux premiers jours de la grève par épisodes, mardi et mercredi, le trafic ferroviaire a été très perturbé, avant de reprendre jeudi. La deuxième séquence va commencer samedi à 20h00 pour s'achever mardi à 07h55.

Selon un sondage Odoxa réalisée avec Dentsu Consulting pour France Info et le Figaro, 57% des Français jugent que ce mouvement de grève n'est 'pas justifié'. Une autre enquête Elabe montre que les trois quarts des sondés (76%) estiment que l'ouverture à la concurrence des lignes de train sera 'une bonne chose pour les usagers'.

/ATS