Séisme en Iran: l'aide peine à arriver dans les zones reculées

L'aide publique aux sinistrés du séisme qui a frappé l'ouest de l'Iran ce week-end peine à ...
Séisme en Iran: l'aide peine à arriver dans les zones reculées

Séisme en Iran: l'aide peine à arriver dans les zones reculées

Photo: KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH

L'aide publique aux sinistrés du séisme qui a frappé l'ouest de l'Iran ce week-end peine à parvenir jusque dans les endroits reculés. Les autorités iraniennes ont en outre ordonné mercredi la poursuite des opérations de recherche d'éventuels survivants.

A Kouik, l'assistance en eau, nourriture et couverture distribuée aux habitants était surtout le fait de particuliers mercredi matin. Certains, venus de la province voisine du Kurdistan, ont fait plus de 100 kilomètres.

Un convoi d'une vingtaine d'ambulances est toutefois venu apporter des médicaments et quelques équipes du Croissant-Rouge des tentes dans cette zone de la province de Kermanshah frontalière de l'Irak, également touché par le séisme de dimanche soir.

'Que Dieu les bénisse !', dit quant à lui de ses bienfaiteurs Abdol Gaderi, 45 ans. Mais 'on a besoin d'eau courante, d'électricité, et il faudrait des toilettes mobiles'. Au milieu des ruines dans ces villages d'éleveurs et de paysans rasés par le séisme à plus de 50%, les habitants disent craindre des épidémies à cause des cadavres d'animaux encore sous les décombres.

Corruption soupçonnée

En Iran seulement, le bilan des dégâts occasionnés par la catastrophe se chiffrerait à 26'000 milliards de rials iraniens, soit environ 6,2 milliards de francs, selon une première estimation donnée à l'agence de presse Isna par Mojtaba Nikkerdar, le gouverneur adjoint de la province de Kermanshah. Cela correspond à environ 1,5% du PIB national prévu par le Fonds monétaire international pour 2017.

Au total, environ 30'000 logements ont été détruits ou endommagés, selon les autorités. Les gros dégâts subis à Sar-e Pol-e Zahab par les immeubles du programme national de logements à bas prix réalisé sous la présidence de Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013) retenaient l'attention des médias iraniens et suscitaient l'indignation sur les réseaux sociaux.

'Le fait que des maisons construites par des particuliers [...] soient intactes alors que des bâtiments érigés par l'État soient gravement endommagés montre qu'il y a eu de la corruption', a estimé le président Hassan Rohani, selon son site internet officiel. S'exprimant la veille sur le même sujet, M. Rohani avait dit qu'il fallait 'chercher les coupables et les présenter à la population'.

Vols dénoncés

Devant les députés, le ministre de l'Intérieur, Abdolreza Rahmani Fazli a dressé mercredi matin un bilan de l'action de l'État dans les zones sinistrées. 'Nous avons envoyé 36'000 tentes et nous devons en envoyer encore 10'000' autres pour permettre à toutes les familles qui craignent une éventuelle réplique de dormir à l'abri hors de chez elle, a-t-il dit, selon l'agence Isna.

Alors que des habitants, à Kouik notamment, se plaignent de vols ou d'un détournement d'une partie de l'aide d'urgence par des gens étrangers à la région, le ministre a estimé qu'il n'y avait 'pas de problème particulier de sécurité publique' dans les régions touchées par le séisme.

Selon les derniers décomptes officiels, le séisme de magnitude 7,3 a fait 432 morts en Iran, tous dans la province de Kermanshah, et huit en Irak. Au total, les autorités des deux pays ont dénombré près de 8200 blessés.

/ATS
 

Actualités suivantes