Sika repousse encore l'offre de Saint-Gobain

Sika campe sur ses positions. Le groupe zougois de spécialités chimiques ne veut pas être racheté ...
Sika repousse encore l'offre de Saint-Gobain

Sika repousse encore l'offre de Saint-Gobain

Photo: KEYSTONE/PATRICK HUERLIMANN

Sika campe sur ses positions. Le groupe zougois de spécialités chimiques ne veut pas être racheté par Saint-Gobain, a-t-il martelé mardi lors de sa 50e assemblée générale, durant laquelle il a aussi présenté un chiffre d'affaires record pour son premier trimestre.

Pour éviter de tomber dans l'escarcelle de son concurrent français, le conseil d'administration de Sika a recouru pour la quatrième année de suite au même mécanisme: il a limité les droits de vote de la famille fondatrice, réunie au sein de la holding SWH, à 5% de ses actions nominatives.

'Je l'ai dit lors des quatre dernières assemblées générales et je le répète encore aujourd'hui, Sika n'a pas besoin de Saint-Gobain', a insisté le président de Sika, Paul Hälg, dans son discours aux actionnaires. 'Cette offre hostile n'est pas dans l'intérêt de Sika', a-t-il affirmé.

Il a appelé à la raison les héritiers de la famille Burkard, les exhortant à renoncer à la transaction prévue et à rechercher des solutions alternatives avec Sika. 'Nous sommes prêts', a assuré M. Hälg, ajoutant que la décision de limiter les droits de vote de SWH se basait sur les statuts de Sika.

Verdict attendu

Cela n'a pas convaincu le représentant des héritiers, Urs Burkard. 'Avec mes frères et soeurs, nous sommes toujours décidés à sceller la vente à Saint-Gobain ou, si cela ne se fait pas, à prendre le contrôle total de Sika', a-t-il assuré.

Mais avant d'aller plus loin, la famille Burkard a dit vouloir attendre le verdict de la Cour suprême du canton de Zoug sur la limitation de ses droits de vote. Déboutés en première instance en octobre 2016 par le tribunal cantonal de Zoug, les héritiers ont fait recours, et le nouveau verdict est attendu ce mois-ci.

Ventes record

Parallèlement à ce feuilleton économico-judiciaire, Sika a présenté mardi ses résultats au premier trimestre. L'entreprise basée à Baar (ZG) a fait état d'un chiffre d'affaires record, en hausse de 11,9% (+11% en monnaies locales) par rapport à la même période de 2017, à 1,55 milliard de francs.

'La bonne performance du premier trimestre est un indicateur que nous pourrons encore fortement croître en 2018 et poursuivre la mise en oeuvre de nos objectifs stratégiques 2020', s'est réjoui le directeur général du groupe, Paul Schuler, cité dans un communiqué.

Pour l'ensemble de l'année, le groupe zougois table sur une hausse des ventes de plus de 10%. Ces dernières devraient donc passer pour la première fois de l'histoire de Sika la barre des 7 milliards de francs.

Dans toutes les régions

A noter que la croissance des ventes a été dopée par la consolidation des sept entreprises rachetées en 2017, avec un effet d'acquisition de l'ordre de 6,3%.

Toutes les régions ont augmenté leurs parts de marché, poursuit le texte. Sika a ainsi vu ses recettes s'étoffer de 10,2% en monnaies locales dans sa région-phare (Europe, Proche-Orient et Afrique), à 691,5 millions de francs.

L'expansion s'est révélée encore plus vigoureuse en Amérique (+12,2% à 389 millions), alors qu'elle a atteint 3,9% en Asie-Pacifique (à 257, 7 millions). Le nouveau segment global business a pour sa part enregistré une progression de 20,9%, à 215,8 millions de francs.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus