Stefan Meierhans veut continuer à peser sur les coûts de la santé

Les coûts de la santé restent la préoccupation principale du surveillant des prix. A l'heure ...
Stefan Meierhans veut continuer à peser sur les coûts de la santé

Stefan Meierhans veut continuer à peser sur les coûts de la santé

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Les coûts de la santé restent la préoccupation principale du surveillant des prix. A l'heure du bilan 2017, Stefan Meierhans a annoncé vendredi qu'il renforcera son activité dans ce secteur cette année.

La sensibilisation à l'évolution des coûts de la santé passe par une transparence accrue. Monsieur Prix veut y contribuer activement et met en ligne pour la première fois une vue d'ensemble des tarifs de 20 traitements hospitaliers stationnaires fréquents.

La liste consultable à l'adresse www.spitaltarife.preisueberwacher.ch sera actualisée tous les ans. Elle permet par exemple de voir que les hôpitaux du Valais pratiquent des tarifs très différents pour l'implantation d'une prothèse du genou.

Le surveillant des prix fait depuis des années des propositions visant à mieux maîtriser les coûts de la santé. L'an dernier, un groupe d'experts institué par le Département fédéral de l'intérieur a repris nombre de ses exigences dans un rapport qui suggère 38 mesures pour réduire les coûts, s'est-il félicité.

Les services de Stefan Meierhans maintiennent aussi leurs recommandations sur les achats de médicaments par les hôpitaux. Des coopératives d'achats et le recours à des fabricants étrangers pourraient réduire considérablement les factures.

Economie numérique

En 2017, le surveillant des prix s'est par ailleurs focalisé sur la numérisation de l'économie. Son enquête sur les commissions prélevées sur la plateforme de réservation hôtelière en ligne Booking.com a révélé des indices d'abus de prix. Faute de parvenir à un règlement à l'amiable avec la société, Monsieur Prix a ouvert une procédure formelle pouvant aboutir à une décision de réduction de prix.

L'an dernier, le surveillant des prix et La Poste se sont également mis d'accord sur des mesures qui déchargeront la clientèle des services postaux de quelque 10 millions de francs. En matière de transports publics, une réduction a été obtenue sur le prix de l'abonnement général payable sur facture mensuelle.

Côté télécommunications, toutes les taxes prélevées auprès des ménages pour leurs inscriptions dans les annuaires sont tombées au 1er janvier 2018. Monsieur Prix n'a en revanche pas obtenu la suppression de la taxe facturée par les fournisseurs de télécommunications pour l'envoi de la facture sous forme de papier ou le paiement au guichet postal.

Il regrette également que le Conseil fédéral n'ait pas suivi l'UE qui a supprimé les frais de roaming dans son espace le 15 juin 2017. Monsieur Prix propose de plafonner les marges des opérateurs ou de plafonner les prix au détail avec des adaptations annuelles automatiques, au besoin unilatéralement.

/ATS