Sunrise met en service la première antenne 5G de Suisse

L'arrivée en Suisse de la prochaine génération de réseau mobile, la 5G, se rapproche. Six mois ...
Sunrise met en service la première antenne 5G de Suisse

Sunrise met en service la première antenne 5G de Suisse

Photo: KEYSTONE/PPR/ALADIN KLIEBER

L'arrivée en Suisse de la prochaine génération de réseau mobile, la 5G, se rapproche. Six mois après un premier test de laboratoire, l'opérateur Sunrise a mis en service la première antenne de Suisse à côté de son siège à Zurich.

Les clients commerciaux et privés pourront profiter, dès 2020, d'une vitesse de connexion allant jusqu'à 1 gigabit par seconde (Gbit/s), même en l'absence de raccordement à la fibre optique, a expliqué devant les médias Olaf Swantee, le directeur général du numéro deux helvétique des télécommunications.

Un débit moyen de 3,28 gigabits par seconde (Gbit/s) avait été atteint lors du premier test 'en laboratoire' de la 5G effectué en décembre par Sunrise avec l'équipementier chinois Huawei.

En comparaison, l'actuel génération de réseau mobile (4G ou LTE) offre dans le meilleur des cas un débit théorique de 1Gbit/s. Mais dans la réalité, les débits culminent dans la plupart des endroits en Suisse à 300 mégabits par seconde (Mbit/s), dans le cas idéal d'une seule antenne pour un utilisateur.

Un cinquième de la population concerné

Cela étant, le développement de la 5G devrait avant tout profiter aux clients hors des concentrations urbaines. Plus de 90% des installations ne peuvent en effet pas être davantage développées dans les zones urbaines actuellement, compte tenu des restrictions imposées par l'ordonnance sur les rayonnements non ionisants (ORNI), a observé Olaf Swantee.

Et de rappeler que les normes de protection sont dix fois plus strictes en Suisse qu'à l'étranger. Le Conseil des Etats avait décidé en mars de ne pas assouplir les prescriptions en la matière, privilégiant dans les grandes lignes la santé au développement technologique.

Au total, 15 à 20% de la population pourra bénéficier de la 5G si les normes actuelles ne sont pas modifiées, a déclaré à AWP le responsable technologique de Sunrise Elmar Grasser. 'Si nous résolvons le problème de l'ORNI, les villes suivront', a-t-il ajouté.

En outre, les plus grands producteurs de téléphones portables, comme Apple et Samsung, lanceront d'ici 2020 des téléphones mobiles et tablettes supportant la 5G.

Suisse romande pas oubliée

Sunrise compte déjà implanter la 5G dans les zones suburbaines et à la campagne. D'une part, il n'y a là généralement pas de raccordements à la fibre optique et la 5G permettrait fournir de l'internet à haut débit; d'autre part, l'extension des installations de téléphonie mobile existantes bénéficie d'une plus grande marge de manoeuvre dans ces régions.

Au niveau des régions linguistiques, Olaf Swantee a précisé à AWP ne pas vouloir 'laisser l'image que, parce que notre première antenne est à Zurich, nous oublions la Suisse romande'. Il a assuré vouloir 'faire le maximum en Suisse romande et au Tessin', où Sunrise dispose d'une 'part de marché considérable'.

Quant à savoir dans quels villages la 5G sera d'abord introduite, Elmar Grasser n'a de son côté pas voulu donner davantage de précisions.

La nouvelle antenne 5G implantée par Sunrise à Zurich-Oerlikon reste pour l'instant en fonction afin de mener des tests et d'expérimenter la 5G au quotidien, suite à une autorisation exceptionnelle de l'Office fédéral de la communication (Ofcom), a expliqué Michael Martin, spécialiste du réseau chez Sunrise.

Pas de nouvelles forêts d'antennes

Le chef des finances André Krause ne prévoit pour sa part pas de hausse significative des investissements pour l'introduction de la 5G. Sunrise investit actuellement environ 150 millions de francs par an, dont deux tiers pour la téléphonie mobile.

L'opérateur ne prévoit pas de dresser beaucoup de nouvelles antennes en sus des 3500 existantes. La majeure partie des investissements est ainsi déjà effectuée, le plus cher étant de construire une antenne. L'équipement technique ne constitue qu'un quart des coûts, a expliqué M. Krause en marge de la conférence de presse.

Toutefois, l'octroi des nouvelles fréquences de téléphonie mobile doit d'abord être effectué. Lors des premiers tests effectués par Sunrise en décembre dernier, il était prévu pour le second semestre 2018. Aucune date n'est encore fixée, a affirmé le directeur suppléant de l'Ofcom Philippe Horisberger.

/ATS
 

Actualités suivantes