Swatch: la Comco prolonge l'accord de livraison de mouvements d'ETA

La filiale de Swatch Groupe ETA devra continuer de livrer des mouvements mécaniques à des clients ...
Swatch: la Comco prolonge l'accord de livraison de mouvements d'ETA

Swatch: la Comco prolonge l'accord de livraison de mouvements d'ETA

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

La filiale de Swatch Groupe ETA devra continuer de livrer des mouvements mécaniques à des clients tiers. La Commission de la concurrence (Comco) a prolongé d'un an l'accord amiable conclu avec l'horloger biennois et qui arrivait à échéance à fin 2019.

Le directeur de la Comco Patrick Ducrey l'a confirmé mercredi soir à AWP. Il part du principe qu'une décision définitive tombera d'ici à l'été prochain.

La décision ne sera officiellement communiquée que jeudi matin. M. Ducrey réagissait mercredi soir à un communiqué de Swatch qui annoncé que la Comco interdit à ETA de livrer des mouvements mécaniques à des clients tiers en 2020.

Cette décision de prolonger l'accord amiable ne suit pas la recommandation du secrétariat de la Comco, qui avait proposé d'interdire à ETA la livraison de mouvements mécaniques à des tiers dès 2020. Cette recommandation avait été rendue publique durant le week-end.

Position dominante

La filiale de Swatch ETA SA Manufacture Horlogère Suisse (ETA) occupe une position dominante sur le marché des mouvements horlogers mécaniques. En plus des marques du groupe Swatch, elle est contrainte de livrer des mouvements à d'autres fabricants de montres.

Depuis plusieurs années, la Comco tente de limiter la position dominante d'ETA dans la production et la vente de mouvements mécaniques. En 2013, la commission et Swatch avaient conclu un accord de livraison qui réglait de manière contrôlée la réduction des quantités livrées. Il s'agissait de permettre à un concurrent d'émerger sur le marché.

Swatch avait lui-même proposé cette solution à la Comco, car l'horloger biennois souhaite qu'il y ait place pour un concurrent sur le marché de mouvements mécaniques. Le groupe souhaite se libérer de l'obligation de livraison et pouvoir décider librement à qui il veut, à l'avenir continuer de livrer des mouvements mécaniques fabriqués par ETA.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus