Swissinfo épinglé pour une de ses contributions sur No Billag

Swissinfo s'est fait remettre à l'ordre vendredi pour une contribution sur l'initiative No ...
Swissinfo épinglé pour une de ses contributions sur No Billag

Swissinfo épinglé pour une de ses contributions sur No Billag

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Swissinfo s'est fait remettre à l'ordre vendredi pour une contribution sur l'initiative No Billag. L'autorité indépendante d'examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP) a partiellement admis une plainte d'un particulier alémanique.

Le plaignant avait déposé le 17 octobre deux plaintes contre Swissinfo. Selon lui, l'unité de la SSR pour les Suisses de l'étranger avait violé le devoir de présentation fidèle des événements, de transparence et de diversité dans le cadre de la campagne pour l'initiative soumise au peuple le 4 mars 2018.

Les plaintes se référaient à deux contributions publiées en septembre 2017 juste après le débat au Conseil national sur l'initiative No Billag. L'une épinglait un article citant quatre représentants des Suisses de l'étranger pour qui la SSR était indispensable à la cinquième Suisse. L'autre portait sur un fact checking du débat au National qui mesurait l'exactitude des propos de parlementaires.

Fact checking douteux

C'est ce fact checking qui a été retenu vendredi par l'AIEP contre Swissinfo. Pour 5 experts contre 3, cette analyse accompagnée d'un baromètre illustré de smileys 'bon'/'mauvais' avec des pourcentages indiquant la véracité de dix citations, n'était pas objective.

'Méthode discutable, évaluation tendencieuse, impact manipulateur, jugement subjectif': les membres de l'AIEP n'ont pas manqué d'adjectifs pour qualifier ce baromètre. Cette contribution aurait éventuellement bien passé dans un autre média, mais le devoir de réserve attendu de Swissinfo pour cet objet qui impliquait directement la SSR n'autorisait pas d'adopter une telle liberté de ton, a relevé l'un des experts lors de l'audience publique à Berne.

Les membres de l'Autorité ont en revanche rejeté une partie de la plainte. Ils ont jugé par six voix contre deux que l'exigence d'impartialité n'était pas entachée dans l'article présentant le point de vue de quatre personnalités. Les protagonistes cités étaient clairement identifiés. Tout au plus pouvait-on ressentir un certain malaise en lisant que les Suisses de l'étranger ne pouvaient qu'être contre l'initiative.

Swissinfo réservé

Swissinfo s'est montré réservé à l'issue de l'audience de l'AIEP. 'Nous déciderons d'un éventuel recours au Tribunal fédéral une fois que nous aurons pris connaissance du rapport écrit', a déclaré à Keystone-ATS la rédactrice en chef Larissa Bieler. Aujourd'hui, elle reconnaît une certaine maladresse dans la présentation du fact checking. 'Nous ne referions plus la même chose', a-t-elle dit.

Dans sa prise de position, Swissinfo a rejeté la plainte. Les deux contributions permettaient au contraire aux Suisses de l'étranger de se forger une opinion, selon Sylvia Egli von Matt de l'organe de médiation indépendant de Swissinfo. Elle contestait le reproche de manque de transparence et d'objectivité, rappelant que la votation était agendée cinq mois plus tard.

La plainte contre Swissinfo est la seule à avoir été traitée par l'AIEP dans le cadre de la votation sur la redevance radio/TV. L'initiative No Billag a été rejetée le 4 mars par 71,6% des votants.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus