Swissport négocie des baisses de salaires pour son staff zurichois

Le prestataire de services aéroportuaires Swissport veut réduire les salaires de ses quelque ...
Swissport négocie des baisses de salaires pour son staff zurichois

Swissport négocie des baisses de salaires pour son staff zurichois

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Le prestataire de services aéroportuaires Swissport veut réduire les salaires de ses quelque 2500 employés à l'aéroport de Zurich, en réponse aux demandes des compagnies aériennes, en particulier Swiss, pour des prix plus bas.

Swissport tente actuellement de renégocier les conditions de travail de ses employés avec les partenaires sociaux, a déclaré vendredi une porte-parole de l'entreprise à AWP, confirmant des informations parues dans le Tages-Anzeiger. 'Les ajustements salariaux font partie de la renégociation de la convention collective de travail existante'.

Selon la porte-parole, l'entreprise se considère actuellement comme 'tiraillée' par plusieurs groupes d'intérêts. D'une part, les compagnies aériennes souhaitent assurer la reprise des vols de la manière la plus rentable possible, alors que de l'autre, les aéroports exigent les mêmes conditions qu'avant la pandémie de coronavirus.

En position dominante à Zurich, Swiss met apparemment la pression pour obtenir des prix meilleurs marché, et a déjà obtenu des offres de concurrents plus petits de Swissport. La veille, le directeur général (CEO) de Swiss, Thomas Klühr, avait déclaré qu'il voulait parvenir à des réductions de coûts de 20 à 25% au total.

Négociations interrompues

Entre-temps, les pourparlers entre Swissport et les partenaires sociaux sur les conditions de travail sont actuellement au point mort, a poursuivi la porte-parole. Elles pourraient être reprises si les représentants du personnel leur donnaient un mandat de négociation.

'Le plan social et les conventions collectives de travail existants sont toujours en vigueur chez Swissport', assure la communicante.

Swissport, dont les effectifs mondiaux se montaient à 64'000 à fin 2019, appartient au groupe chinois HNA, qui connaît lui-même des difficultés financières.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus