Trafic limité au Grand-Saint-Bernard normalement pris d'assaut

Avec la pandémie, le tunnel du Grand-Saint-Bernard fait face à un recul de 40% du trafic léger ...
Trafic limité au Grand-Saint-Bernard normalement pris d'assaut

Trafic limité au Grand-Saint-Bernard normalement pris d'assaut

Photo: KEYSTONE/LAURENT DARBELLAY

Avec la pandémie, le tunnel du Grand-Saint-Bernard fait face à un recul de 40% du trafic léger et de 20% de celui des camions. L'année 2021 ne s'annonce guère meilleure au vu de l'affluence limitée Vendredi Saint, normalement très fréquenté.

Durant l'année 2020, le passage 'à vocation principalement touristique' qui relie la Suisse à l'Italie a enregistré une baisse de plus de 40% du trafic léger en comptant les mois 'encore normaux' de janvier et février, a expliqué vendredi à Keystone-ATS le directeur de la société anonyme Tunnel du Grand-Saint-Bernard SA François Pignat.

La crise survenue sur des périodes qui enregistrent normalement une forte affluence, comme les vacances de Pâques ou encore l'Ascension n'a pas arrangé les affaires. 'Nous avons eu une pointe en août, mais rien de comparable aux autres années', déplore-t-il. François Pignat ne pense pas que le week-end pascal change la donne pour 2021.

Trafic anémique

L'équipe déployée dans le tunnel pour ces jours fériés est d'ailleurs minimale. Une décision justifiée au vu du trafic anémique constaté vendredi: de minuit à la mi-journée, à peine 200 véhicules ont transité de la Suisse vers l'Italie, soit 10% d'une activité normale, selon le directeur.

Dans le sens inverse, une soixantaine ont traversé le tunnel. 'Pour un Vendredi Saint, on est dans une période vraiment extraordinaire', commente François Pignat.

Contrairement à la Suisse qui prend ses décisions suivant les statistiques sanitaires, l'Italie calque les siennes sur les possibles déplacements de sa population, souligne-t-il. Toute la Péninsule est classée en zone 'rouge' (haut risque de contagion et restrictions maximales) pour le week-end de Pâques - une fête très suivie qui est habituellement l'occasion de retrouvailles familiales - ainsi que pour le reste du mois d'avril.

Par ailleurs, tout voyageur en provenance de l'Union européenne, y compris la Suisse, doit effectuer un test avant son départ, respecter une quarantaine de cinq jours, puis effectuer un nouveau test à l'issue de cette période, a fait savoir l'Italie.

Sur place, les contrôles de police sont aléatoires. 'Si certains clients sont refoulés par les douanes - suisse ou italienne - ils sont automatiquement remboursés', détaille François Pignat. Lorsque cela se produit, les voyageurs se montrent 'compréhensifs' et rebroussent chemin, ajoute-t-il. Certains font demi-tour d'eux-mêmes lorsqu'ils voient les douaniers.

Pertes colossales

De leur côté 'les camions ont continué à circuler pour approvisionner la Suisse, malgré les conditions difficiles auxquelles les chauffeurs doivent faire face' avec la fermeture des restaurants notamment. Le trafic de poids lourds a lui reculé de 20%.

Au total, cette baisse d'affluence représente des pertes colossales qui se chiffrent en millions, ajoute François Pignat. Une hausse des tarifs n'est toutefois 'pas du tout d'actualité'. 'On espère surtout voir un retour à la normale avec des gens qui profitent et qui ont du plaisir à voyager'.

En raison de la pandémie, la société qui gère le tunnel a décidé de prolonger d'un an la date d'échéance de tous les abonnements valables jusqu'au 31 décembre 2020. Pour ceux qui n'auraient même pas encore été utilisés, leur validité restera inchangée à 2 ans et débutera à partir de la date du premier passage.

/ATS