Un Genevois rachète le bihebdomadaire ajoulot

Le journal L'Ajoie est sauvé. Six semaines à peine après l'annonce de sa disparition pour raisons ...
Un Genevois rachète le bihebdomadaire ajoulot

Un Genevois rachète le bihebdomadaire ajoulot

Photo: KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

Le journal L'Ajoie est sauvé. Six semaines à peine après l'annonce de sa disparition pour raisons financières, le bihebdomadaire est racheté par la société genevoise Verticalizer dont le gérant, Clément Charles, devient l'administrateur.

Agé de 40 ans, Clément Charles est engagé dans le monde des médias, notamment via l'agence internationale de contenu AllTheContent. Il a confirmé jeudi à l'ats le rachat, rendu public par la Radio Fréquence Jura RFJ, de L'Ajoie à son éditeur, une filiale du Franc-Montagnard, sans préciser le montant de la transaction.

L'éditeur avait annoncé fin septembre mettre fin à l'expérience, après trois ans. Il donnait comme raison un nombre d'abonnés trop faible et la concurrence du numérique.

De trihebdomadaire, L'Ajoie passait dès lors à une fréquence de parution de deux fois par semaine jusqu'à sa disparition annoncée, fin novembre. La continuité est désormais assurée. Le nouveau propriétaire conservera le rythme de parution bihebdomadaire.

Il garde également tous les employés actuellement actifs, à savoir trois ou quatre personnes qui représentent 3,5 équivalents plein temps. Cinq emplois avaient été créés en 2014.

Ancrage local

L'équipe en place sera associée, dès décembre, au futur projet éditorial envisagé par le nouvel administrateur. L'ancrage local sera conservé; 'c'est justement ce marché de niche qui a motivé notre intérêt à reprendre le journal'. Clément Charles souhaite par ailleurs développer l'offre numérique de L'Ajoie.

Clément Charles tient à récompenser le travail de l'équipe, quelque peu réduite depuis l'annonce de la fin du journal. 'Elle a su maintenir un journal de qualité dans des conditions difficiles de fin de vie', a précisé M.Charles qui, après avoir rencontré tout le personnel, dit pouvoir compter sur son engagement.

Le journal bénéficie pour l'heure de 1300 abonnés, dans un district qui compte près de 10'000 ménages.

/ATS
 

Actualités suivantes