Une deuxième vache attaquée par des loups dans les Grisons

Des loups ont attaqué une deuxième vache mère dans les Grisons, cinq jours après avoir sévi ...
Une deuxième vache attaquée par des loups dans les Grisons

Encore une vache attaquée: abattage de deux loups grisons ordonné

Photo: KEYSTONE/GRUPPE WOLF SCHWEIZ GWS

La meute de loups du Piz Beverin a attaqué une deuxième vache mère dans les Grisons, cinq jours après avoir sévi une première fois. Elle avait déjà 'dépassé les bornes' précédemment. Le gouvernement grison a donc ordonné l'abattage de deux de ses jeunes loups.

Mercredi, l'attaque sur cette deuxième vache mère près du Schamserberg (GR) a probablement été commise par plusieurs loups, indique vendredi à Keystone-ATS Marc Hosig, de l'office cantonal de la chasse et de la pêche. Il confirme une information du site en ligne de la Südostschweiz.

Cette fois-ci, les canidés n'ont pas tué la vache, comme ils l'avaient fait avec le premier bovin le week-end dernier sur un alpage de la région. Ils l'ont grièvement blessée. Elle a dû être euthanasiée.

Dégâts déjà suffisants avant les deux vaches

Pour le Conseil d'Etat grison, la coupe était déjà pleine avant ces deux derniers incidents. Avant même de s'attaquer aux deux vaches, la meute du Piz Beverin avait franchi la limite, sur le plan des dégâts, permettant de procéder à des abattages de loups en toute légalité. L'Office fédéral de l'environnement appuie donc la décision du canton d'abattre deux jeunes membres de la meute.

Cette 'mesure immédiate indispensable' doit permettre d'effrayer les loups. Elle s'impose d'autant plus que plusieurs louveteaux seraient nés récemment, selon divers indices, invoque l'exécutif grison. L'abattage de deux loups constitue aussi une mesure de prévention contre de nouveaux dégâts à l'agriculture, au tourisme et à la population, ajoute le gouvernement cantonal dans son communiqué.

Défenseurs du loup d'accord

Vendredi également, les défenseurs de la nature et du loup reconnaissaient, eux aussi, la nécessité d'agir en ce sens. Dans un communiqué, le WWF, Pro Natura et le Groupe Loup Suisse soulignaient l'attitude nuisible de la meute en question: elle attaque régulièrement des troupeaux de moutons pourtant protégés et en avait fait de même avec un âne en 2020, sans parler des deux vaches.

Dans la gestion de la présence du loup en Suisse, la meute du Piz Beverin crée donc une situation d'exception qui exige des mesures particulières, soulignent les trois organisations. Outre l'abattage de deux de ses jeunes loups, elles suggèrent aussi celui de son mâle dominant.

Pas question, en revanche, d'abattre l'ensemble de la meute, comme le réclament les associations grisonnes des paysans et des exploitants d'alpages. Les défenseurs du loup qualifient une telle démarche d'illégale.

Mâle dominant en sursis virtuel

Quant au gouvernement grison, son but premier reste l'éloignement de la meute du Piz Beverin des troupeaux et des habitations. Il souhaite, lui aussi, faire abattre son mâle dominant particulièrement perturbateur et ce, en respectant la législation suisse, c'est-à-dire lorsque la Confédération l'y autorisera.

Les loups de la région du Piz Beverin constituent l'une des sept meutes présentes aux Grisons. Au total, une cinquantaine de loups vivent dans le canton.

/ATS
 

Actualités suivantes