Une nouvelle grève des femmes comme leitmotiv du 14 juin

Le 14 juin est une date clé pour l’égalité entre femmes et hommes. En 1981, le peuple adoptait ...
Une nouvelle grève des femmes comme leitmotiv du 14 juin

Une nouvelle grève des femmes comme leitmotiv du 14 juin

Photo: KEYSTONE/THOMAS DELLEY

Le 14 juin est une date clé pour l’égalité entre femmes et hommes. En 1981, le peuple adoptait l’article constitutionnel. Dix ans plus tard avait lieu la grève des femmes. Le projet de la reconduire en 2019 mûrit. Il est au coeur des actions organisées jeudi.

Malgré l’introduction de la loi sur l’égalité, en 1996, des progrès restent à accomplir, selon plusieurs mouvements féministes et syndicaux. 'Nous cherchons à mobiliser, à rallier le plus de femmes possible dans la perspective d'une nouvelle grève', explique Valérie Borloz, secrétaire de l'Union syndicale vaudoise.

«Femmes bras croisés, le pays perd pied», le slogan scandé il y a vingt-sept ans pourrait de nouveau être d'actualité. Près d’un demi-million de femmes s'était alors mobilisé.

'On peut aussi se fâcher', lance Valérie Borloz, évoquant le sentiment d'irrespect ressenti par de nombreuses femmes, notamment lors du renvoi en mars de la loi sur l'égalité par le Conseil des Etats. Le récent refus de l'initiative sur le congé paternité a fait déborder le vase.

'De nombreux parlementaires sont de vieux messieurs', ajoute la secrétaire syndicale. Expliquant l'incompréhension dont les femmes sont victimes, elle rappelle qu'il est 'nécessaire de mettre en place un cadre, notamment juridique permettant aux femmes de travailler, et impliquant notamment les pères'.

Actions dans toute la Suisse

Egalement sur le pont jeudi, Corinne Schärer, membre du comité directeur d'Unia, évoque les actions organisées jeudi dans toute la Suisse: 'Face au manque de respect des Chambres fédérales, il est essentiel que nous réagissions'. 'Nous exigeons que la promesse de mesures concrètes en matière d'égalité salariales faite en 2013 par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga soit tenue', complète-t-elle.

Des pique-niques canadiens - à l'instar de celui de Lausanne -, un peu de musique et une ambiance bon enfant suffiront-ils? 'Il est important pour les femmes d'avoir des espaces d'échanges, elles sont avides de comprendre', rétorque Valérie Borloz.

L'Association suisse pour les droits des femmes profite également du 14 juin pour rappeler sa position: 'Les femmes attendent depuis trop longtemps l’égalité des salaires et le Parlement tergiverse'. Une manière d'annoncer la prochaine mobilisation féministe, #Enough18, prévue le 22 septembre à Berne.

/ATS
 

Articles les plus lus