Ursula von der Leyen veut renforcer l'autonomie de l'UE

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé mercredi ses chantiers ...
Ursula von der Leyen veut renforcer l'autonomie de l'UE

Ursula von der Leyen veut renforcer l'autonomie de l'UE

Photo: KEYSTONE/AP/Yves Herman

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé mercredi ses chantiers prioritaires. Elle a appelé à renforcer l'autonomie industrielle de l'UE tout en accélérant la construction d'une 'Union de la défense'.

Alors que le retrait chaotique de l'armée américaine d'Afghanistan a relancé la réflexion sur l'autonomie militaire des Vingt-Sept, 'c'est d'une Union européenne de la défense dont nous avons besoin', a affirmé Mme von der Leyen devant les eurodéputés à Strasbourg, dénonçant un 'manque de volonté politique'.

'Le moment est venu pour l'UE de passer à la vitesse supérieure' pour se 'défendre contre les cyber-attaques, agir là où l'Otan et l'ONU ne sont pas présents et gérer les crises à temps', a plaidé la cheffe de l'exécutif européen, à l'occasion de son deuxième discours annuel sur l'état de l'Union.

Un sommet y sera consacré sous la présidence française de l'UE au premier semestre 2022, a-t-elle annoncé, alors que le projet de création d'une force européenne de réaction rapide de 5.000 militaires suscite des résistances.

Pour soutenir les Afghans, l'UE a promis une aide humanitaire supplémentaire de 100 millions d'euros, après avoir déjà quadruplé cette aide pour 2021, à quelque 200 millions.

Appel à accélérer les vaccinations

Devant le Parlement européen, Mme von der Leyen a défendu vigoureusement sa gestion de la pandémie de Covid-19, tout en appelant à accélérer encore les vaccinations dans le monde.

Alors que 'moins de 1% des doses de vaccins ont été administrées dans les pays pauvres', l'UE leur offrira 200 millions de doses supplémentaires d'ici mi-2022, s'ajoutant aux 250 millions déjà promises, a-t-elle dit.

Un engagement accueilli avec réserve par des ONG qui préfèrent une levée des brevets pharmaceutiques: 'L'écart entre les belles paroles et les actes se creuse de façon embarrassante', a réagi Christos Christou, président de MSF, redoutant de 'fausses promesses'.

Dans le même temps, l'UE prévoit de muscler ses mécanismes pour se préparer aux futures crises sanitaires.

'Souveraineté'

La satisfaction affichée par Ursula von der Leyen sur la vaccination (70% d'adultes européens ont reçu les doses commandées par Bruxelles) et le colossal plan de relance de l'UE a agacé certains parlementaires.

'Ces avancées ont été dictées par les événements, je peine à vous voir à la manoeuvre', a cinglé Dacian Ciolos, chef des eurodéputés Renew (libéraux). 'C'est une étrange autosatisfaction, alors que la crise sanitaire a cruellement exposé les failles européennes', a renchéri François-Xavier Bellamy (PPE, droite).

Le PPE a cependant bien accueilli l'engagement de conforter l'autonomie industrielle du continent --notamment en dopant sa production de semi-conducteurs pour réduire sa dépendance à l'Asie. 'Une question de souveraineté', selon Mme von der Leyen.

Bruxelles veut aussi s'appuyer sur son ambitieux Pacte vert pour concilier reprise économique et action climatique, épinglant au passage les Etats-Unis, la Chine et le Japon, appelés à présenter 'des plans concrets' de baisse de leurs émissions d'ici la COP26.

L'accord de Paris prévoyait que la communauté internationale apporte 100 milliards de dollars par an jusqu'en 2025 pour financer 'l'action climatique' des pays les plus vulnérable. Mais si l'UE donne 25 milliards de dollars annuels, 'le trou béant laissé par d'autres met l'objectif mondial hors de portée', a-t-elle regretté, promettant de renforcer la contribution européenne.

Le chef des eurodéputés Verts, Philippe Lamberts, a appelé l'UE à engager 'une transformation complète de notre économie'.

Prudence sur la rigueur budgétaire

Ursula von der Leyen a également mis en avant son souci de justice sociale et promis une proposition de loi pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Elle a également assuré que face à une reprise encore fragile, l'UE 'ne répétera pas l'erreur' commise après la dernière crise financière quand un retour précipité à la rigueur budgétaire avait provoqué une rechute dans la récession.

'Je pense que nous n'en avons pas encore fait assez, car la pandémie a exacerbé les difficultés et inégalités d'un modèle économique injuste', a répliqué la cheffe de file des sociaux-démocrates, l'Espagnole Iratxe Garcia Perez, estimant que la transition verte devait s'accompagner de 'justice sociale'.

Alors que la Commission a engagé un bras de fer avec la Pologne et la Hongrie sur l'Etat de droit, Mme von der Leyen a averti que l'indépendance de la justice et la lutte contre la corruption étaient des conditions pour approuver leurs plans de relance.

Sous la pression des eurodéputés qui pressent Bruxelles d'activer le mécanisme pouvant entraîner la suspension des fonds européens en cas de violation de l'Etat de droit, elle a assuré que 'les premières notifications' seraient envoyées aux Etats concernés 'dans les prochaines semaines'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus