Ventes en hausse et bénéfice net en baisse après six mois pour Emmi

Emmi n'a que marginalement souffert des conséquences de la pandémie de nouveau coronavirus ...
Ventes en hausse et bénéfice net en baisse après six mois pour Emmi

Emmi n'a que marginalement souffert des conséquences de la pandémie de nouveau coronavirus au premier semestre.

Etoffant ses revenus, malgré quelques difficultés aux Etats-Unis, le transformateur lucernois de produits laitiers a cependant vu son bénéfice net se contracter en un an de 6,5% à 81,3 millions de francs.

Le tassement du bénéfice net reflète principalement de la prévision d'un taux d'imposition plus élevé, ainsi que d'une hausse des charges financières, explique mercredi l'entreprise établie à Lucerne. Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit) a en revanche progressé de 6,4% à 112 millions de francs, la marge correspondante stagnant à 6,3%.

Le chiffre d'affaires s'est pour sa part hissé à 1,77 milliard de francs, s'étoffant de 6,6%. La croissance organique s'est fixée à 2%, les acquisitions contribuant aux revenus à hauteur de 9,5%, alors que les effets de changes ont pesé pour 4,9%.

A l'exception du secteur Global Trade, dont les ventes sont demeurées stables, toutes les divisions du groupe ont contribué à la hausse des revenus. En Suisse, ces derniers ont crû de 2,2% à 828,8 millions de francs. Ajustée de la cession de l'unité Emmi Frisch Services, la croissance organique a atteint 3,8%, un niveau exceptionnellement élevé, note Emmi.

La performance s'est révélée supérieure aux attentes des analystes. Sondés par AWP, ces derniers avaient en moyenne anticipé un chiffre d'affaires de 1,70 milliard de francs, un Ebit de 100,7 millions et un bénéfice net de 69,1 millions.

Evoquant la suite de l'exercice, Emmi se veut 'modérément' optimiste, continuant de tabler sur un environnement de marché toujours volatil et marqué du sceau d'une vive concurrence. Le groupe réduit cependant son attente en matière de croissance des revenus, celle-ci devant désormais s'établir entre 0,5 et 1,5%, contre 2 à 3% jusqu'alors.

L'entreprise de Suisse centrale maintient cependant son objectif en matière d'Ebit, le montant de 255 à 265 millions étant jugé 'exceptionnellement ambitieux', mais réalisable pour autant que la marche des affaires demeure stable. Le bas de la fourchette est cependant visé.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus