Berne restitue une statuette précolombienne à la Bolivie

Ekeko est de retour en Bolivie: le Musée d'Histoire de Berne a finalement restitué une statuette représentant cette divinité au Musée national d'archéologie de La Paz. La figurine en pierre est un des témoignages les plus beaux et les mieux conservés de la culture Pucara.

Elle est désormais visible pour un large public en Bolivie. Les deux musées ont convenu de collaborer dans les domaines de la conservation, de la recherche et de la médiation relatives à cette figure, ont annoncé l'institution bernoise et l'ambassade bolivienne à Berlin, compétente pour la Suisse.

La Bolivie avait manifesté de premières prétentions concernant la statuette en février 2013. En visite à Berne en avril, le ministre bolivien des affaires étrangères avait rappelé que son pays aspire à rapatrier sa culture primitive.

Des experts des deux parties interprètent toutefois différemment la figurine: certains y voient non pas la divinité masculine Ekeko, mais une représentation féminine.

Contre une bouteille de cognac

Le musée bernois abrite la statuette de 16 centimètres depuis 1929. Il l'avait achetée aux héritiers de l'explorateur et naturaliste suisse Johann Jakob von Tschudi. Lui-même l'avait échangée en 1858 dans les Andes contre une bouteille de cognac.

Le communiqué ne précise pas si de l'argent a été versé pour le retour de la figurine en Bolivie. Les deux parties parlent de solution "gagnant-gagnant".

"En Bolivie, la figurine monopolisera davantage l'attention du public et de la science", souligne le directeur du Musée d'Histoire Jakob Messerli. Rouvert fin septembre, le Musée national d'archéologie de La Paz pourra profiter du savoir-faire et de l'expérience de l'institution bernoise.

"Nous serions ravis si cette collaboration pouvait aboutir à une exposition sur les fascinantes cultures précolombiennes des hauts plateaux andins à Berne", ajoute l'ambassadrice de Bolivie dans le communiqué. Une délégation du musée bernois doit se rendre cette année encore à La Paz pour discuter de cette collaboration.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus