Blocher: renouveller les bilatérales est un pas vers l'adhésion

Le projet de rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE est "un contrat de type colonial", a dénoncé vendredi Christoph Blocher lors de la traditionnelle fête de l'Albisgüetli à Zurich. Il n'y a pas de "plan secret" de préparation d'adhésion de la Suisse à l'UE, lui a répondu le président de la Confédération Didier Burkhalter.

Le projet de rattachement à l'UE est "un coup porté à l'indépendance et la liberté de la Suisse", a déclaré Christoph Blocher. Il a appelé les citoyens "à ne pas se laisser leurrer" car "les associations économiques et les managers" et "la classe politique" sont "de très mauvais conseillers".

Si la Suisse se porte bien aujourd'hui et qu'elle est considérée comme une "île de prospérité", c'est parce que le peuple suisse a refusé l'adhésion à l'EEE en 1992, selon le conseiller national zurichois. L'UE est "une erreur de construction intellectuelle" et y adhérer serait "abandonner notre indépendance et notre liberté".

Lettre à l'UE

Le vice-président de l'UDC a remis à Didier Burkhalter un exemple de lettre que le Conseil fédéral devrait envoyer au président de la Commission européenne José Manuel Barroso pour lui signifier que le pays "ne peut pas répondre positivement à vos exigences concernant un rattachement institutionnel". Il ne reste plus qu'à la signer, a lancé Christoph Blocher au président de la Confédération.

L'UE menace d'abandonner les accords bilatéraux si la Suisse accepte l'initiative contre l'immigration de masse. La Suisse "n'a plus besoin d'accords", car l'UE est dans la position de demandeur et non pas la Suisse, selon le tribun zurichois pour qui le renouvellement des bilatérales "est en réalité un grand pas vers l'adhésion de la Suisse à l'UE".

Seule option

La voie bilatérale est la seule option politique soutenue majoritairement par les Suisses et il n'y a pas d'autre plan, pour le président de la Confédération, invité pour la deuxième fois à l'Albisgüetli. La Suisse n'est pas membre de l'UE et elle ne veut pas le devenir, a-t-il ajouté.

Les négociations en vue d'élargir les bilatérales n'ont pas encore commencé. Il est donc trop tôt pour spéculer sur le résultat. La Suisse est en position de force et n'a pas le dos au mur. "Nous n'avons pas besoin à tout prix d'un résultat".

La traditionnelle fête de l'Albisgüetli s'est ouverte avec la "Marche de l'UDC". Cette 26e édition s'est déroulée en présence de 1400 personnes. Toutes les places étaient prises.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes