Décès du chanteur français Georges Moustaki, créateur de "Milord"

"Juif errant", "pâtre grec" et séducteur au charme oriental, Georges Moustaki, l'éternel voyageur de la chanson française, est décédé jeudi à 79 ans. La disparition de cette figure de la chanson engagée a suscité une vive émotion dans le monde de la culture et à gauche.Moustaki, qui souffrait d'emphysème, une maladie respiratoire incurable qui l'empêchait de chanter depuis plusieurs années, est mort au petit matin à Nice, où il s'était installé pour fuir la pollution et le froid de Paris. "Il était serein", a simplement indiqué son entourage, précisant que sa dépouille allait être rapatriée dans la capitale.Moustaki a écrit quelque 300 chansons pour les plus grands interprètes français, comme Edith Piaf ou Yves Montand, avant de les chanter lui-même avec succès.Succès planétairesCheveux longs et barbe broussailleuse, regard bleu étincelant, nonchalance bohème: avec sa "gueule de métèque", l'un de ses titres culte, Georges Moustaki a écrit plus de 300 chansons pour les plus grands, comme Edith Piaf, Yves Montand, Barbara ou Serge Reggiani.En 1959, il avait signé les paroles de "Milord" pour Edith Piaf, rencontrée l'année précédente et avec qui il avait une liaison. "J'avais une image de gigolo quand j'étais avec Piaf. Puis les gens ont vu que j'étais un auteur et cette image s'est effacée", reconnaissait cet éternel amoureux des femmes.Plusieurs autres sont devenues des classiques, comme celles interprétées en 1966 par Serge Regianni, "Sarah", "Ma liberté", "Ma solitude", "Votre fille a vingt ans", mais aussi "La Dame Brune" (Barbara, 1968), ou encore "Joseph", "La Marche de Sacco et Vanzetti". Polyglotte, artiste peintre, il vivait depuis plus de quarante ans sur l'île Saint-Louis à Paris. /SERVICE


Actualisé le