Deux distinctions pour la fiction romande "Left Foot Right Foot"

La fiction romande "Left Foot Right Foot" a reçu vendredi deux distinctions lors de la 17e édition du Prix du cinéma suisse à Zurich. Dimitri Stapfer a été récompensé pour la meilleure interprétation dans un second rôle et Denis Jutzeler pour la meilleure photographie.

Nominé trois fois, "Left Foot Right Foot" du Lausannois Germinal Roax était l'invité surprise de la soirée. Ce film n'a pas connu un grand succès en salle. Le long métrage raconte l'histoire d'une jeune fille de 19 ans obsédée par l'argent facile et prête à se prostituer pour le gagner. Criblé de dettes, son ami de 21 ans semble lui incapable d'entrer dans la vie adulte.

Françoise Nicolet a remporté le prix spécial de l'Académie. Elle a confectionné les costumes pour la fiction romande "Les grandes ondes (à l'ouest)" du réalisateur Lionel Baier, ainsi que pour "Left Foot Right Foot".

60'000 entrées

"Der Goalie bin ig" ("Le gardien, c'est moi") de Sabine Boss fait figure de grand gagnant de la soirée, écrit l'Office fédéral de la culture (OFC). Il décroche quatre prix, ou "Quartz": meilleur film de fiction, meilleur scénario, meilleure interprétation masculine, avec Marcus Signer, et meilleure musique de film.

Avec 60'000 entrées depuis sa sortie, "Der Goalie bin ig" fait un tabac en Suisse alémanique. Le long métrage raconte l'histoire d'un ancien gardien de football déchu.

La meilleure interprétation féminine a échu à Ursina Lardi ("Traumland").

"L'expérience Blocher" battu

Côté documentaire, le lauréat se nomme "Vaters Garten - Die Liebe meiner Eltern" ("Le jardin de mon père - L'amour de mes parents") de Peter Liechti. "L'expérience Blocher" de Jean-Stéphane Bron, gratifié de trois nominations, n'est pas parvenu à justifier son statut de favori.

Le réalisateur Alexander Seiler a reçu un prix d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Dans un hommage au Zurichois âgé de 86 ans, le ministre de la culture Alain Berset a salué "l'engagement et la combativité qui marquent ses films" ainsi que sa "culture citoyenne synonyme d'hospitalité, d'ouverture au monde, d'érudition".

Dans le film "Siamo Italiani" (1964), oeuvre qui "a marqué l'histoire du documentaire suisse", Alexander Seiler "a donné la parole aux travailleurs étrangers italiens, dans le prolongement de la célèbre citation de Max Frisch: 'nous avions demandé des bras, et ce sont des hommes qui sont venus'", a rappelé le conseiller fédéral.

"Votre oeuvre fait partie de l'ADN de la culture de notre pays", a déclaré Alain Berset en s'adressant au lauréat. "Vous avez toujours été combatif dans votre tolérance et méfiant face aux fausses idylles, dans lesquelles on s'éloigne de soi-même."

Jusqu'en 2008, le Prix du cinéma suisse était attribué lors des Journées de Soleure. Il a ensuite déménagé à Lucerne. Zurich l'accueillait pour la première fois cette année.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus