Le palmarès du Festival de Cannes dévoilé ce soir

Le palmarès du 67e Festival de Cannes sera dévoilé ce soir. Tandis que le jury présidé par la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion délibère, retour sur une édition qui, comme les précédentes, a été émaillée de quelques polémiques.

Le jury attribuera la Palme d'or en début de soirée, ainsi qu'une dizaine d'autres récompenses. Ils vont départager les 18 huit films de la compétition, dans laquelle figure notamment "Adieu au langage" du cinéaste franco-suisse Jean-Luc Godard.

Deux coproductions suisses sont aussi en lice pour la Palme d'or. D'une part "Les Merveilles" (Suisse/Italie/Allemagne), de l'Italienne Alice Rohrwacher, est un film autobiographique sur sa famille. D'autre part, "Sils Maria" est une coproduction suisse, allemande et française du Français Olivier Assayas. Le Bâlois Gilles Tschudi y joue aux côtés de Kristen Stewart et Juliette Binoche.

Au jeu des pronostics, le nom de Xavier Dolan revient souvent. Le jeune Montréalais a signé "Mommy", un drame familial très longuement applaudi lors de sa projection officielle. Ce long métrage a également obtenu d'élogieuses critiques.

Si cette édition du festival n'a pas connu de scandale majeur, il n'en a pas mois eu son lot d'accrocs et de polémiques. Avant même le début de la compétition, "Grace de Monaco", projeté en ouverture, est arrivé sur la Croisette avec un parfum de polémique. Le soufflé est retombé après la projection: les critiques ont descendu le film, jugé "ennuyeux" ou "incroyablement idiot".

Affaire "DSK"

Question réputation sulfureuse, "Grace de Monaco" n'arrivait pas à la cheville de "Welcome to New York", film d'Abel Ferrara inspiré librement de l'affaire du Sofitel qui a précipité la chute de Dominique Strauss Kahn.

Non sélectionné, le film a été diffusé dans un cinéma de quartier en première mondiale tandis que, pour la première fois en France, il sortait directement sur Internet en vidéo à la demande (VOD). Le lendemain, Anne Sinclair, dont le rôle miroir est joué par Jacqueline Bisset, accusait le film d'antisémitisme. Peu après, c'était les avocats de DSK qui annonçaient une plainte en diffamation.

Godard absent

Le nouveau film de Jean-Luc Godard, "Adieu au Langage", est une oeuvre expérimentale en 3D, reçue avec révérence dans l'enceinte du Festival. Sur Twitter, les critiques étaient divisés et parfois féroces au sujet de ce patchwork frénétique truffé de citations philosophiques.

Le maître a boudé la Croisette. "Les professionnels parlent un autre langage que moi. Que ce soit la critique, les officiels, le producteur même...", dit-il.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes