Affaire Ségalat: les thèses contradictoires s'affrontent à nouveau

Blanchi en première instance, Laurent Ségalat a été rejugé jeudi à Lausanne par la Cour d'appel du Tribunal cantonal. Aucun élément nouveau n'est sorti de l'audience. Le Ministère public a requis 16 ans de prison pour meurtre alors que la défense a plaidé l'acquittement. Verdict vendredi."Il n'y a pas d'autre hypothèse possible" que la culpabilité de Laurent Ségalat pour le meurtre de sa belle-mère Catherine le 9 janvier 2010 à Vaux-sur-Morges (VD), a affirmé Eric Cottier, procureur général du canton de Vaud, dans une salle bondée où avait pris place le généticien français de 48 ans, dont la venue était restée longtemps incertaine. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes