Affaire Snowden: plusieurs pays refusent l'asile à l'ex-consultant

Edward Snowden, réfugié dans un aéroport de Moscou et recherché par Washington pour espionnage, a renoncé à rester en Russie. L'informaticien a déjà essuyé mardi un refus de la part de plusieurs pays auxquels il a demandé asile.

La Pologne, l'Inde et les Pays-Bas ont annoncé mardi qu'ils refusaient d'accorder l'asile au jeune Américain, qui avait déposé dimanche des demandes auprès de 21 pays.

L'Autriche, la Finlande, la Norvège, l'Espagne et l'Italie ont pour leur part confirmé avoir reçu une demande d'asile politique, tout en soulignant qu'elle ne correspondait pas aux critères officiels, laissant ainsi entendre qu'elle serait rejetée. L'Allemagne a indiqué de son côté qu'elle allait examiner la demande d'Edward Snowden "en conformité avec la loi".

Parmi les autres pays auxquels s'est adressé Edward Snowden, la France et la Suisse ont assuré ne rien avoir reçu. Le président vénézuélien Nicolas Maduro, en visite à Moscou, a lui aussi affirmé que son pays n'avait pas reçu de demande, selon l'agence officielle de presse russe Itar-Tass.

Mais il a estimé qu'Edward Snowden méritait d'être "protégé par le droit humanitaire international", soulignant qu'il n'avait tué personne et qu'il avait juste dit la vérité.

Demande retirée en Russie

Dans la matinée, le Kremlin a annoncé que le jeune Américain avait retiré sa demande d'asile en Russie."En apprenant hier la position de Poutine sur les conditions nécessaires pour qu'il reste en Russie, il a renoncé à sa demande", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Le chef de l'Etat russe Vladimir Poutine avait déclaré lundi qu'Edward Snowden, coincé depuis le 23 juin dans la zone de transit de l'aéroport Moscou-Cheremetievo, pouvait rester en Russie à condition qu'il cesse "ses activités visant à faire du tort" aux Américains.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes