Aide aux paraplégiques: procès du directeur d'une fondation

Le directeur de la Fondation suisse pour les cyberthèses (FSC) a comparu mardi devant le tribunal de district de Monthey. Il devait répondre de gestion déloyale et de faux dans les titres.

Le procureur a requis une peine privative de liberté de deux ans en admettant qu'un sursis pouvait être accordé. L'accusé a clamé son innocence et se considère comme le bouc émissaire d'un désastre qui a failli emporter la fondation qu'il a créée.

La FSC a été créée en 1999 par l'accusé. Il l'a dirigée en qualité de secrétaire général du conseil de fondation. A ce titre, il a perçu une rémunération mensuelle entre 2000 et 2009, date à laquelle il quitte la fondation.

La perception de ce revenu fixé à 12'000 francs par mois fait débat. Après son départ, l'accusé a réclamé des arriérés d'honoraires à la fondation, laquelle a déposé une plainte pénale contre son ancien dirigeant en novembre 2011.

Rémunération indue

Le procureur estime que les rémunérations ont été perçues indûment et à l'insu du conseil d'administration. Plus grave, l'accusé a continué à percevoir son revenu en 2008 et 2009 alors que la fondation était en difficulté financière.

Et l'accusé s'est aussi rendu coupable de faux dans les titres en exhibant une lettre tendant à prouver que sa rémunération a été avalisée par le conseil de fondation. Mais il s'avère que les signatures ont été scannées. Pour le procureur, c'est un faux.

L'ancien directeur "a préféré se servir plutôt que de servir la fondation", a dit le procureur. Il n'a pas admis les faits, il n'a pas exprimé le moindre regret, il a toujours minimisé sa responsabilité, il s'est érigé en victime d'un complot.

Criminel en col blanc

L'avocat de la fondation a dépeint un criminel en col blanc qui a développé une idée criminelle depuis le début. La conception de prothèses externes destinée à améliorer et aider la stimulation musculaire de paraplégiques était une bonne idée.

La défense a elle plaidé l'acquittement. La rémunération figurait année après année dans les comptes, accompagnés d'une note explicative. Le conseil de fondation a approuvé tous les comptes, y compris ceux de 2008 qui affichaient une perte.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus