Alain Berset lance la campagne sur la médecine de famille

Le rôle des médecins généralistes, des pédiatres et autres infirmiers devrait être revalorisé. Le conseiller fédéral Alain Berset a lancé la campagne en faveur de l'arrêté fédéral sur les soins médicaux de base, soumis au peuple le 18 mai. Le texte répond aux revendications des médecins de famille, qui ont entre-temps retiré leur initiative populaire.

Aujourd'hui, en Suisse, la population bénéficie de soins médiaux de base de qualité sur tout le territoire. Grâce au nouvel article constitutionnel, cette situation pourra perdurer en dépit des défis à venir, a affirmé le ministre de la santé devant la presse.

La population vieillit et le nombre de patients atteints de maladies chroniques augmente, accroissant la demande en prestations médicales, de soins et d'assistance. Aujourd'hui, les médecins de famille effectuent les traitements d'urgence et les interventions simples.

Pénurie en vue

Mais le système est menacé. Nombre de généralistes atteignent l'âge de la retraite et ne trouvent pas de successeur pour leur cabinet, surtout dans les régions périphériques, a averti M. Berset. Une pénurie de professionnels de la santé se profile également dans d'autres secteurs, comme les soins aux personnes âgées.

Pour faire face, la nouvelle norme impose à la Confédération et aux cantons de renforcer les soins médicaux de base et de promouvoir la médecine de famille. Berne doit en particulier légiférer sur la formation dans le domaine des professions médicales de base et les conditions d'exercice des généralistes, mais aussi d'autres corporations comme les sages-femmes, les pharmaciens ou les physiothérapeutes.

Rémunération en question

L'article constitutionnel impose également une "rémunération appropriée des prestations de la médecine de famille". Le gouvernement est intervenu récemment pour la première fois dans la fixation des tarifs médicaux puisque les partenaires tarifaires (médecins, hôpitaux, assureurs) ne sont pas parvenus à se mettre d'accord pour corriger le Tarmed.

En consultation, sa proposition a néanmoins suscité des vagues parmi les intéressés, hôpitaux et spécialistes en tête. L'idée est que les généralistes et les pédiatres touchent en moyenne 9,80 francs de plus par consultation médicale. Pour compenser, les prestations fournies par différents spécialistes devraient être réduites de 9%.

Le Conseil fédéral doit ici encore trancher.

/ATS


Actualisé le