Appel au secours pour près de dix millions de Syriens

La Suisse a décidé de débloquer vingt millions de francs supplémentaires en faveur des victimes de la crise en Syrie, a indiqué vendredi le DFAE. Elle porte ainsi à 50 millions de francs le montant total de sa contribution depuis l'éclatement du conflit en Syrie en mars 2011.

Ces fonds supplémentaires serviront d'une part à cofinancer les projets des partenaires de l'ONU et du CICR en Syrie même et dans la région, ainsi que les projets mis en oeuvre directement par l'Aide humanitaire suisse, écrit le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

Les projets helvétiques visent notamment à soutenir des familles et des communes du nord du Liban accueillant des réfugiés syriens. A ce jour, plus de 3,9 millions de francs ont été affectés à ce projet qui, grâce à 1800 familles d'accueil, vient en aide à 15'000 réfugiés en provenance de Syrie.

Des experts suisses seront détachés sur place pour renforcer les effectifs des agences de l'ONU.

Dix millions de victimes

L'annonce de vendredi intervient le jour où les agences de l'ONU ont lancé à Genève des appels révisés totalisant 5,2 milliards de dollars pour aider jusqu'à dix millions de Syriens touchés par le conflit jusqu'en décembre, un record historique.

Sur les 5,2 milliards de dollars demandés, près de 3,8 milliards serviront à aider 3,45 millions de réfugiés (actuellement au nombre de 1,6 million). Il faut en outre 1,4 milliard de dollars pour permettre aux organisations humanitaires de venir en aide à 6,8 millions de Syriens restés dans leur pays (dont 4,25 millions de déplacés).

Le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) prévoit que le nombre de réfugiés double d'ici le mois de décembre, avec un million d'entre eux au Liban, un million en Jordanie, un million en Turquie, 350'000 en Irak et 100'000 en Egypte.

"Tragédie horrible"

Il s'agit de l'appel de fonds le plus important jamais lancé par l'ONU et une centaine d'organisations humanitaires dans le cadre d'un seul conflit. "La tragédie humaine derrière ces chiffres est horrible", a affirmé la secrétaire générale adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires Valerie Amos.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus