Les primes maladie vont continuer d'augmenter selon Alain Berset

Pour le conseiller fédéral Alain Berset, les coûts et les prix de la santé vont continuer à augmenter ces prochaines années. Les primes maladie suivront la même tendance. Le but est de maîtriser ces coûts et d'éviter les chocs, a rappelé jeudi le ministre de la santé devant les médias.

"Le statu quo n'est pas une option, nous devons agir avec tous les acteurs pour maîtriser l'évolution des coûts", a affirmé Alain Berset. Il a également rappelé le credo selon lequel "les primes doivent couvrir les coûts".

Pour expliquer la hausse continue des coûts, le conseiller fédéral a pointé du doigt le vieillissement de la population, ainsi que l'effet démographique de la génération baby-boom partant à la retraite.

Il a également mentionné les progrès médicaux. "Certains traitements, contre le cancer par exemple, sont dix fois plus efficaces qu'il y a quelques années, mais ils sont aussi dix fois plus chers. Pourtant, tout le monde doit pouvoir y accéder."

Augmentation de 4% en moyenne

Les assurés verront leurs primes d'assurance de base prendre l'ascenseur en 2015. Les primes standard pour un adulte avec une franchise de 300 francs et une couverture accident augmenteront de 4% en moyenne suisse. C'est la plus forte hausse de ces trois dernières années. En 2014, l'augmentation se montait à 2,2%.

Les cantons les moins touchés par l'augmentation sont Berne (+2,7%) et le Tessin (+3,2%). Au total, dans dix cantons (AG, AI, BE, FR, GE, JU, TI, VD, VS, ZG), la hausse moyenne de la prime pour un adulte sera inférieure à la moyenne nationale.

C'est notamment le cas en Suisse romande, où tous les cantons sauf Neuchâtel se situent sous la barre des 4%. Pour onze cantons, l'augmentation se situera entre 4% et 5%. Seuls cinq cantons connaissent une hausse supérieure à 5% (AR, NE, NW, OW, SO), précise l'OFSP.

Bâle-Ville toujours très cher

En chiffres absolus, ce sont les Appenzellois des Rhodes-Intérieures et les Nidwaldiens qui s'en tirent toujours le mieux, avec respectivement 319 francs et 329 francs par mois. Les moins chanceux sont comme l'an passé les habitants de Bâle-Ville. Ils devront débourser 533 francs chaque mois.

Cette disparité se retroue dans les cantons romands. Les mieux lotis sont les Valaisans (356 francs) et les Fribourgeois (386 francs), les moins favorisés les Genevois (500 francs) et les Vaudois (450 francs). Les Tessinois se situent pour leur part un peu en dessus de la moyenne (429 francs).

/ATS


Actualisé le