Claude D., le meurtrier présumé de Marie, transféré à Champ-Dollon

Claude D., le meurtrier présumé de la jeune Marie, a été transféré à la prison de Champ-Dollon (GE), a indiqué le procureur général du canton de Vaud Eric Cottier. Selon "Le Temps", Vaud aurait accepté en contrepartie d'accueillir dans une de ses prisons Fabrice A., l'assassin présumé de la thérapeute Adeline.

Le Ministère public vaudois a confirmé à l'ats le transfèrement de Claude D. En revanche, le Département genevois de la sécurité et de l'économie s'est refusé à préciser le lieu de détention de Fabrice A. Ce dernier, extradé jeudi de Pologne, a été prévenu samedi d'assassinat, de séquestration et de vol de téléphones portables.

Une prison proche

Les autorités genevoises avaient rapidement annoncé que Fabrice A. ne serait pas incarcéré au bout du lac. Selon "Le Temps", le canton de Genève devait trouver un lieu de détention assez proche pour faciliter les auditions de l'assassin présumé.

Fabrice A. va en effet faire la navette entre sa prison et les locaux du Ministère public genevois pour être interrogé par le procureur général de Genève Olivier Jornot et confronté aux protagonistes du drame.

En échange du placement de Fabrice A. dans une prison vaudoise, Genève aurait accepté que son voisin lui confie Claude D. Ce détenu de 36 ans avait déjà été condamné à 20 ans de prison en 2000 pour le viol et l'assassinat de son amie. Lors du meurtre de Marie, 19 ans, il bénéficiait du régime des arrêts domiciliaires.

Fabrice A., un violeur récidiviste condamné à une peine globale de 20 ans de prison, s'était évadé alors qu'il effectuait une sortie accompagnée avec Adeline. Il devait suivre une thérapie équestre dans le cadre de son programme de réinsertion. La sociothérapeute de 34 ans avait été retrouvée morte dans un bois de Bellevue (GE).

Cupidité et perversion

Dimanche, le "SonntagsBlick", qui a contacté Fabrice A. dans sa prison polonaise, a publié une lettre que l'assassin présumé a envoyée au journal dominical. Dans ce courrier manuscrit, Fabrice A. tente de monnayer des informations auprès de l'hebdomadaire alémanique, exigeant 1600 francs contre des détails sur le meurtre.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes