Des erreurs de jugement ont causé les surcoûts du Pont de la Poya

Des délais serrés et une organisation insuffisante ont causé les surcoûts pour la construction du Pont de la Poya à Fribourg. Tous les intervenants ont travaillé en bonne conscience, mais le Conseil d'Etat a fauté, selon la commission d'enquête parlementaire (CEP).

Cette construction majeure pour le canton sera inaugurée cet automne. Le projet voté par la population en 2006 se montait à 120 millions de francs. Il a grimpé à 148 millions via un vote du Grand Conseil en 2010, mais a coûté au final 211 millions selon les dernières estimations.

La première CEP de toute l'histoire fribourgeoise pointe du doigt l'absence d'une stratégie d'analyse des risques par les responsables du projet. Cela s'est soldé par une navigation à vue et "relève de l'incompétence".

Lorsque le contribuable vote, il a le droit de savoir quels sont les risques financiers, écrit-elle dans son rapport présenté mercredi à la presse. Le gouvernement a manqué de transparence sur les incertitudes, et cette erreur initiale n'a pas été gommée en 2010, malgré les recommandations de l'inspection des finances.

Au passage, la CEP déplore le manque de stabilité à la tête du Département de l'aménagement, de l'environnement et des constructions. Beat Vonlanthen (actuel chef de l'économie) a passé le flambeau à Georges Godel (désormais aux finances), auquel a succédé Maurice Ropraz (toujours en poste).

Fribourg a loupé 24,5 millions

En présentant une facture trop optimiste, le canton s'est privé de 24,5 millions supplémentaires de subvention. La contribution finale de la Confédération, qui correspond à la moitié des coûts annoncés, devrait se limiter à quelque 80 millions y compris indexations et renchérissement.

C'est justement le délai pour la subvention qui a conduit à ficeler un projet bancal dans la précipitation: il fallait commencer les travaux avant fin 2008 pour en bénéficier. A la pression du temps s'ajoute une organisation insuffisante, "pour ne pas dire inadéquate et chaotique", voire "catastrophique", constate encore la CEP.

Chiffres pas définitifs

L'enquête de la commission aura coûté 240'000 francs. Celle-ci renonce à chiffrer définitivement les surcoûts du pont comme le prévoyait son mandat, puisque le décompte final devrait tomber au mieux fin 2015.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes