Etude: le changement climatique, principal risque pour les Suisses

Le changement climatique est perçu par 43% des Suisses comme le principal risque pour les générations à venir, selon une enquête globale du réassureur zurichois Swiss Re. Au niveau mondial, les incertitudes économiques se placent en tête des préoccupations, citées par près de 50% des sondés.

Tout comme les Suisses, 44% des Chinois se montrent particulièrement préoccupés par les problèmes liés au climat, selon les résultats du sondage sur la perception globale du risque présentés mardi à Zurich. Quant à la situation économique, elle inquiète avant tout les Français (74%), les Américains (64%) et les Britanniques (61%).

En Afrique du Sud (64%), au Mexique (52%) et au Brésil (41%), la criminalité apparaît au sommet de la liste. A Hong Kong, 51% des répondants avancent les épidémies comme principale menace pour le pays. Le vieillissement de la population pose davantage souci en Allemagne (51%), à Singapour (50%) et au Japon (45%) qu'en Suisse (42%).

Pas de différence entre genres

Si des différences de perception existent entre générations, elles n'apparaissent pas entre les genres, selon le sondage. Conduite en avril et mai 2013, l'enquête internationale mandatée par Swiss Re à l'occasion de son 150e anniversaire a porté sur plus de 22'000 personnes et 19 marchés.

Dans l'ensemble, les répondants se déclarent conscients des risques et se montrent prêts à en supporter personnellement les coûts financiers, soulignent les auteurs. Ainsi, à l'échelle globale, l'enquête indique que 70% des répondants sont prêts à financer de leur poche leur prévoyance vieillesse.

Se serrer la ceinture

Parmi ceux-ci, 29% préfèrent l'option d'un plan privé de retraite, 19% sont disposés à travailler plus longtemps et 22% à se serrer la ceinture après la période d'activité. Parmi les Suisses, 42% veulent bien débourser davantage pour assurer leurs vieux jours.

En matière de couverture maladie universelle, les Suisses apparaissent comme les plus réfractaires à l'idée d'un financement par l'Etat. Ils ne sont que 28% à soutenir un tel système, contre 43% au niveau international.

/SERVICE


Actualisé le