Evêché de Sion: Jean-Marie Lovey succède à Norbert Brunner

Le prévôt de la congrégation des chanoines du Grand St-Bernard Jean-Marie Lovey, 64 ans, sera le nouvel évêque de Sion. Il succédera à Mgr Norbert Brunner dans les trois mois, mais à une date qui n'a pas encore été fixée.

Jean-Marie Lovey a montré le visage d'un homme de proximité et d'ouverture mardi lors de sa présentation devant la presse à Sion. Il ne craint pas les défis et dit accueillir "avec sérénité"la charge que le pape François lui a confiée.

Né le 2 août 1950, Jean-Marie Lovey a été ordonné prêtre en 1977. Il a oeuvré jusqu'en 2001 comme aumônier de collège, puis formateur de séminaristes. Il est ensuite devenu prieur de l'hospice du Grand-Saint-Bernard avant d'être élu prévôt de la congrégation en 2009.

Proche des autres

Son parcours l'a toujours placé au contact des autres. Comme aumônier, enseignant, puis prieur à l'hospice "où j'ai rencontré du monde très diversifié". Son souhait: "servir les hommes et partager avec eux les joies de l'évangile". Il en a tiré sa devise de futur évêque: "evangelii gaudium" (la joie de l'évangile).

Jean-Marie Lovey revendique cette qualité de proximité à l'autre. Cette qualité a peut-être joué dans sa nomination. Il ne l'affirme pas, mais constate que le pape a défini l'évêque comme un homme qui est parmi les siens: parfois devant pour montrer le chemin, parfois à l'arrière pour aider les retardataires, parfois au milieu du troupeau.

Une Eglise ouverte

Le futur évêque a aussi tenu des propos d'ouverture. "L'Eglise n'est pas fermée", elle doit être accueillante et ouverte face aux autres religions. Mais il reconnaît que si les rapports avec les réformés sont excellents, il ne peut en dire autant des relations avec l'islam.

Le contact avec Ecône est aussi "plus qu'une épine dans le pied". Jean-Marie Lovey vit cette division comme une souffrance. Et il ne s'est pas montré très optimiste. Benoît XVI avait entamé diverses démarche pour renouer, mais s'est heurté au refus d'Ecône.

Mais le futur évêque ne craint pas les défis. Il est ainsi favorable à une votation populaire sur la laïcité de l'Etat que demande une initiative cantonale lancée à mi-juin. "Je trouverais bien que cela passe en votation pour permettre à l'ensemble de la population de se positionner".

Norbert Brunner avait annoncé, le 5 juin 2013, vouloir renoncer à sa charge. A 71 ans, il estimait ne plus avoir les forces nécessaires à l'accomplissement des tâches inhérentes au ministère épiscopal. Mgr Brunner était entré à l'évêché comme chancelier en 1970. Il a été nommé évêque en 1995.

Le nouvel évêque devrait, selon le droit ecclésiastique, être ordonné dans les trois mois, a précisé Mgr Brunner. Son entrée en fonction doit se faire dans le même délai.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus