Exercice catastrophe: incendie fictif à la cathédrale de Lausanne

Les secours civils et militaires ont testé mardi soir leur engagement en cas de fortes inondations à Lausanne. Selon le scénario Tornado, les pluies diluviennes ont entraîné des courts-circuits qui ont provoqué un incendie fictif dans le beffroi de la cathédrale.

Vers 19h30, une épaisse fumée s'élève du sommet de la cathédrale où un feu rougeoie. Les pompiers ont tiré un rideau d'eau pour protéger les bâtiments alentour. De l'autre côté de l'édifice historique, un bras élévateur va "sauver" des figurants qui se trouvent sur le beffroi, à 32 mètres de haut et les ramène doucement au sol.

Environ 250 personnes s'activaient mardi soir en différents endroits de la ville, notamment aux alentours de la cathédrale et de la place de la Riponne. L'exercice Tornado, qui se poursuivra tout le mercredi, a la particularité de se dérouler en milieu urbain. Dix-huit mois de planification ont été nécessaires.

En début de soirée, l'armée a tiré une conduite depuis la place de la Riponne et fait monter l'eau dans un bassin de 50'000 litres qui servira ensuite à arroser les alentours de la cathédrale. Appareils au sol, photographes et cameramen filment l'arrivée d'eau. "Ouvre la vanne, ouvre la vanne", lance un soldat.

Sauvetage de biens culturels

Un groupe de personnalités politiques suivent l'exercice de près, dont les conseillères d'Etat Béatrice Métraux et Jacqueline de Quattro. La visite a débuté en contrebas, au Palais de Rumine, où la protection civile s'affaire à évacuer une partie des collections du Musée monétaire, en l'occurrence des poinçons historiques.

"On fait l'inventaire de tout ce qui sort. Puis on passe à l'emballage dans du carton. Les poinçons seront ensuite entreposés dans le poste collecteur, une tente montée sur place, avant d'être emmenés en lieu sûr", explique Arnaud, chef de groupe.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes